Stage de pilotage et gilet airbag

Un petit message d'Alain et Carine: 

" Les gendarmes du cher organisent un stage de pilotage, avec à la clé un gilet airbag Bering à 177 € au lieu de 399€. Nous sommes déjà inscrits et pensons faire profiter nos amis Vroameurs qui le souhaitent. (consultable sur Facebook : Pilot Agemoto)

Les inscriptions sont ouvertes. en voici les principes :
-Venez 1 journée au choix en mai 2019 (soit à BOURGES (du 3 au 9 mai)ou à VIERZON (du 11 au 17 mai) ou à ST AMAND MONTROND (du 20 au 26 mai))
- Soyez ensuite présent pour la journée de la sécurité routière le 15 juin à BOURGES
-Repartez le 15 juin au soir avec votre Airbag Moto BERING.

Modalités : Afin de permettre à tous de s'équiper le paiement se fera en 4 fois :
59 € (par casque) le jour de l'inscription via le lien ci dessous pour couvrir les frais de repas et d'organisation
59€ le 15 mars (1ère mensualité de votre airbag)
59€ le 15 avril (2ème mensualité de votre airbag)
la dernière mensualité par chèque le jour de votre venue au mois de mai.(Le montant de cette dernière mensualité sera connue fin avril mais il sera inférieur à 79€)
Pourquoi?
Le prix public conseillé de l'airbag est de 399.90€
Grâce à la participation de BERING, des sirops MONIN, de MICHELIN Bourges, de la société COLAS, le prix de l'airbag est déjà tombé à 197 €. En sachant que d'autres entreprises se sont déjà manifestées pour participer au financement de cette opération, le prix va donc baisser à chaque fois qu'une société apportera son soutien (nous ne faisons aucun bénéfice donc chaque Euro récolté contribuera à faire baisser votre prix d'airbag)

Il y a 24 places par dates.

Pour vous inscrire suivez le lien suivant :
https://www.helloasso.com/…/pilotage…/adhesions/gilet-airbag

 Joyeuses fêtes de fin d'année

Alain et Carine

Un vote pour Estelle et Mélanie

Bonjour à tous,

VROAM m’a permis de découvrir “in live” le Tourist Trophy en 2009.
Depuis, un grand nombre de rencontres et de suivis de pilotes solos et d’équipages de sides-cars français et étrangers grâce aux divers médias disponibles.
Parmi eux (tous des sportifs au gros coeur et très souvent disponibles) émergent deux françaises Estelle LEBLOND et Mélanie FARNIER qui viennent de réaliser une saison de Road Races extraordinaire.
Le magazine britannique BSN (Bike Sport News) organise un vote pour élire l’équipage de side de l’année. Depuis que cette élection existe c’est la toute première fois qu’un équipage français et qui plus est exclusivement féminin accède à une telle nomination.

Alors Vroameuses et Vroameurs foncez sur ce lien pour exprimer la fierté qui est la notre de soutenir des filles qui ont obtenu le respect des pilotes dans le paddock !

Voici le lien qui vous permet d’accéder au vote (avant le 22 décembre) :
http://www.bikesportnews.com/news/news-detail/vote-for-your-2018-bsn-sidecar-team-of-the-year

 

Pour connaître les résultats de ce vote, cliquez : ICI.

Pour ceux qui ne les connaitraient pas ou ceux qui les ont déjà rencontrées voici un florilège de quelques photos :
https://photos.google.com/share/AF1QipPUBPiCzwNhjWD0MXvLMBLMvHAREs1v6OFtKaWIiO-mcAKHGIRucH44lAjRpPFQwA?key=QmYtbE1IWV90c2NScmdfaURFTFNwVjVCeThHaG9R

Merci pour elles !
Très amicalement
Michel Jourquin (la fondation Mike Haillwood a décidé de soutenir notre équipage pour la saison 2019, cf : l'article qui suit)MH

La nouvelle moto de Jean-Louis

 

Photo 1Amies Vroameuses , Amis vroameurs, bonjour

Vous le voyez sur cette photo, pas content Jean-Louis, et même triste. Eh oui, après le voyage à Scarborough je vais me séparer de mon Vstrom. Presque 8 ans de vie commune, dure la séparation, snif snif snif …….

Mais la remplaçante est déjà dans le garage. Youpppi !!!!Photo 2

Je vous propose un petit jeu.

J'ai pris en photo l'ombre de chacun des côtés de ma nouvelle compagne de route.
Celui ou celle qui devinera quelle moto j'ai achetée se verra offrir un verre (ou plusieurs si affinité!) lors de notre prochain W-E en commun.

Avec roues Pivotelavant vers la gauche 1 1Je vous invite à bien observer les ombres de l'élue. Bien évidemment, mêmes naturelles, elles déforment les lignes, les courbes, les angles. Mais on peut quand-même en tirer beaucoup d'indices.

Les pros de l'imagerie, super équipés, peuvent, grâce à un logiciel au top, retrouver l'image réelle, non déformée ( si, si, c'est un pote qui travaille dans la police scientifique qui me l'a dit) voici les conditions de la prise de vue :
- Les photos sont prises côté ombre (pour ne pas voir la mienne) depuis ma hauteur, 1m70, puis « pivotées » à 180°.
- La moto était perpendiculaire à la direction du soleil, à un poil de c.. près.
- Elle penchait avec un angle de12,5° par rapport à la verticale. Mesure que j'ai eu beaucoup de mal à prendre. Attention, petit piège, elle penchait à gauche dans les 2 cas, soit 25° de différence entre les 2 photos. Vu ?
- La hauteur du soleil : se référer aux latitude et longitude du Mans, puis aux données pour un 11/09 à 16h30.
Peux pas dire mieux !!! Et ……. bon courage.

Certains croient avoir de l'avance après avoir tenté de me faire parler pendant le W-E du rassemblement. Qu'ils se méfient. J'ai dit quelques vérités mais j'ai aussi beaucoup menti….

Attention : la gagnante ou le gagnant devra faire une proposition précise, marque ET modèle.P1020191PivoteMIMI

Pour équilibrer les chances et ne pas désavantager les absents du rassemblement, je vous livre les quelques vérités que j'ai annoncées, sous forme de dialogue. J-L C, c'est jean-Louis Content et W-C c'est le Wroameur-Chercheur.
JLC - Je l'ai découverte à Rennes, puis suis retourné l'acheter.
W-C - Tu parles d'un indice !! Quoique…. Pourquoi si loin ?
JLC - Mimi ne fait et ne fera plus de moto, c'est donc un choix perso.
W-C - Cela ouvre des portes.
JLC - C'est une occasion, première main, immatriculée en 2013.
W-C - Là, on élimine un peu
JLC - Achetée à un particulier.
W-C - Tu parles Charles ! …. Ou alors particulier veut dire « très particulier » Non ?
JLC - Elle est bicolore.
W-C - Ah, cela peut faire la différence….

Pour le reste de ce que j'ai pu dire, ce ne sont que bribes de vérité noyées dans des océans de mensonges, selon mon gré, au petit bonheur…..

Un dernier tuyau, mais pas percé, il est d'enfer ! Il vous est offert par Christian, notre président. Je vous livre ses propos : « Je me souviens qu'à l'île de Man, Jean-Louis avait passé beaucoup de temps à observer des motos chinoises. Et, découvrant les photos, j'en suis maintenant certain : c'est une ombre chinoise »

Il est vraiment trop fort notre Christian !!

Le décryptage des ombres semble trop difficile à faire, voici 2 photos complémentaires.

Cette fois, si vous ne trouvez pas ... pour voir la 1ere photo cliquez : ICI, pour voir la 2nde cliquez: LA.

Allez, bonne recherche et que le meilleur gagne boive un coup !

Content, Jean-Louis.

A moto jusqu'en Sibérie

MAGADAN
Seul à moto jusqu’au bout de la Sibérie
Kim Hoang
Les noms propres évoquent souvent à des périodes différentes des réalités très divergentes. Ainsi en est-il de la funeste route de la Kolyma construite sous l’ère stalinienne. Par endroit elle a Magadanenveloppé les ossements des condamnés au Goulag dans son soubassement d’où son nom « route des os ». Elle traverse la Sibérie orientale pour se terminer à Magadan. Magadan, hier camp de prisonniers, aujourd’hui, but rêvé par Kim Hoang qui voulait rejoindre cette ville à moto. Son livre paru aux Editions de l’Aire en septembre 2017 retrace ce périple.
Dire que ces pages enchantent le motard n’est qu’un doux euphémisme. Dès qu’on ouvre ce livre on est embarqué dans l’aventure.
Coup classique d’un remède à un burnout inattendu bien que prévisible, cette épopée révèle un vrai caractère de baroudeur réfléchi et méticuleux. Tout commence par le choix de l’itinéraire et de la moto. Il en fallait une légère, robuste, fiable avec peu ou pas d’électronique, facile d’entretien et de réparations. Plusieurs modèles répondent à cette palette de critères : un compromis s’impose à lui une BMW F650 GS de 2007. Nul point où elle n’excelle mais nul où elle ne pêcherait. Bien sûr, il faut la configurer pour l’aventure ce qui prend du temps et de l’argent.
L’itinéraire prendra la direction du sud pour remonter ensuite vers la Russie et la célèbre voie ferrée du BAM (Baïkal Amour Magistrale). Carte GPS rien ne manquera. Il faut dresser un calendrier qui tienne compte des chutes de neige, des fontes de neiges, des inondations, des hivers précoces, des printemps qui tardent à venir. Cette fenêtre idéale trouvée, arrive l’étape de la recherche des visas et autres formalités. Un vrai casse-tête.
Enfin il part. Le récit alterne descriptions de paysage, commentaires sur les rencontres et évidemment les anecdotes qu’un tel périple apporte quotidiennement. Transpire de tout cela une grande humanité pour les personnes rencontrées. L’auteur tord le coup à des clichés par trop répandus sur certaines nations sen relatant une réalité beaucoup plus belle et le plus souvent très hospitalière. Le chapitre sur la traversée de l’Iran est une illustration de tout ce qu’il faut changer dans nos repères.
Bien sûr les lecteurs motards seront séduits par les descriptions de la solidarité des bikers un peu partout sur le parcours et tout particulièrement en Russie. Ils seraient curieux d’en apprendre un peu plus quant à l’admiration de ce baroudeur sur le bleu si profond des yeux des jolies femmes russes. Mais ils n’en sauront pas plus.
Un épisode est particulièrement palpitant il s’agit du franchissement du pont, si on peut appeler cela un pont, de la rivière Vitim. Tellement invraisemblable que je suis allé sur internet me rendre compte en image et vidéo. Pire que le pire imaginable. C’est un petit regret dans ce livre, le manque d’images.
En plus de tout cela ce baroudeur émaille son texte de réflexions personnelles qui révèlent une personnalité attachante avec toutes ses qualités mais aussi avec ses faiblesses’ (Bien relatives vu son exploit) sans fard, ni tricherie. Bel exemple de modestie et d’humanité..
Enfin parmi toutes les phrases qu’on aimerait recopier j’en ai choisi une pour toutes les Vroameuses et tous les Vroameurs : « Le voyage nous forgera d’un minerai plus rare, plus singulier, plus solide et nous fera devenir autre.». Et comme une seule phrase ce n’est pas beaucoup une autre pleine de romantisme et de tendresse : « A la traversée d’un village, une jeune fille me fait signe de m’arrêter. Elle me tend une rose. Me sourit. Puis elle se détourne et rejoint ses amies sans un mot. Je pique la rose dans la fermeture éclair de ma sacoche entrouverte… Elle saura me porter chance dans le Pamir.».
Un beau, très beau livre à s’offrir ou, mieux encore, à se faire offrir et à offrir à d’autres. De très bons moments en perspective.

Serge Grandvaux