A moto jusqu'en Sibérie

MAGADAN
Seul à moto jusqu’au bout de la Sibérie
Kim Hoang
Les noms propres évoquent souvent à des périodes différentes des réalités très divergentes. Ainsi en est-il de la funeste route de la Kolyma construite sous l’ère stalinienne. Par endroit elle a Magadanenveloppé les ossements des condamnés au Goulag dans son soubassement d’où son nom « route des os ». Elle traverse la Sibérie orientale pour se terminer à Magadan. Magadan, hier camp de prisonniers, aujourd’hui, but rêvé par Kim Hoang qui voulait rejoindre cette ville à moto. Son livre paru aux Editions de l’Aire en septembre 2017 retrace ce périple.
Dire que ces pages enchantent le motard n’est qu’un doux euphémisme. Dès qu’on ouvre ce livre on est embarqué dans l’aventure.
Coup classique d’un remède à un burnout inattendu bien que prévisible, cette épopée révèle un vrai caractère de baroudeur réfléchi et méticuleux. Tout commence par le choix de l’itinéraire et de la moto. Il en fallait une légère, robuste, fiable avec peu ou pas d’électronique, facile d’entretien et de réparations. Plusieurs modèles répondent à cette palette de critères : un compromis s’impose à lui une BMW F650 GS de 2007. Nul point où elle n’excelle mais nul où elle ne pêcherait. Bien sûr, il faut la configurer pour l’aventure ce qui prend du temps et de l’argent.
L’itinéraire prendra la direction du sud pour remonter ensuite vers la Russie et la célèbre voie ferrée du BAM (Baïkal Amour Magistrale). Carte GPS rien ne manquera. Il faut dresser un calendrier qui tienne compte des chutes de neige, des fontes de neiges, des inondations, des hivers précoces, des printemps qui tardent à venir. Cette fenêtre idéale trouvée, arrive l’étape de la recherche des visas et autres formalités. Un vrai casse-tête.
Enfin il part. Le récit alterne descriptions de paysage, commentaires sur les rencontres et évidemment les anecdotes qu’un tel périple apporte quotidiennement. Transpire de tout cela une grande humanité pour les personnes rencontrées. L’auteur tord le coup à des clichés par trop répandus sur certaines nations sen relatant une réalité beaucoup plus belle et le plus souvent très hospitalière. Le chapitre sur la traversée de l’Iran est une illustration de tout ce qu’il faut changer dans nos repères.
Bien sûr les lecteurs motards seront séduits par les descriptions de la solidarité des bikers un peu partout sur le parcours et tout particulièrement en Russie. Ils seraient curieux d’en apprendre un peu plus quant à l’admiration de ce baroudeur sur le bleu si profond des yeux des jolies femmes russes. Mais ils n’en sauront pas plus.
Un épisode est particulièrement palpitant il s’agit du franchissement du pont, si on peut appeler cela un pont, de la rivière Vitim. Tellement invraisemblable que je suis allé sur internet me rendre compte en image et vidéo. Pire que le pire imaginable. C’est un petit regret dans ce livre, le manque d’images.
En plus de tout cela ce baroudeur émaille son texte de réflexions personnelles qui révèlent une personnalité attachante avec toutes ses qualités mais aussi avec ses faiblesses’ (Bien relatives vu son exploit) sans fard, ni tricherie. Bel exemple de modestie et d’humanité..
Enfin parmi toutes les phrases qu’on aimerait recopier j’en ai choisi une pour toutes les Vroameuses et tous les Vroameurs : « Le voyage nous forgera d’un minerai plus rare, plus singulier, plus solide et nous fera devenir autre.». Et comme une seule phrase ce n’est pas beaucoup une autre pleine de romantisme et de tendresse : « A la traversée d’un village, une jeune fille me fait signe de m’arrêter. Elle me tend une rose. Me sourit. Puis elle se détourne et rejoint ses amies sans un mot. Je pique la rose dans la fermeture éclair de ma sacoche entrouverte… Elle saura me porter chance dans le Pamir.».
Un beau, très beau livre à s’offrir ou, mieux encore, à se faire offrir et à offrir à d’autres. De très bons moments en perspective.

Serge Grandvaux

Un beau livre sur les courses sur routes

Image 39Voici un superbe livre, avec des photos magnifiques qui ravira les amateurs de "Road Races", et le chercheur de Image 38pépite qui vous a déniché cette petite merveille, se nomme Mike the Bike. Et on peut dire qu'il en connait un rayon...

Le livre est en Italien (c'est bien là son seul défaut) mais aussi en Anglais, il est écrit par Marta Covioli, et les clichés sont de Diégo Mola. 

L'approche est originale et change de ce qui se fait habituellement, avec la parole donnée aux pilotes, et un classement par course, c'est à dire un chapître est consacré à chaque course.

Vous pouvez commander directement le livre à Marta Covioli (qui sera ravie) avec cette adresse mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Et si vous voulez vous faire une petite idée, voici le site internet correspondant: http://www.roadracingcore.com/it/merchandising/road-to-racing/

 

Le Mandala est l'avenir de Vroam

mandala vierge jpegLe dessin, la peinture, sont des arts éminemment culturels, et les plus grands artistes ont parfois commencé par du coloriage. Mais ne négligeons pas non plus les bienfaits des mandalas, qui ouvrent des perspectives de spiritualité, voire de méditation.

Lors de la visite du musée national de la moto à Birmingham, Michel Jourquin, passionné, curieux, fouineur par nature, a mandala first jpegtrouvé un chouette support pour pouvoir faire un coloriage, que les Vroameurs pourraient récupérer et proposer à leurs enfants, ou leurs petits-enfants, et proposer ces dessins, en retour, sur le site, pour les exposer.

un clic pour agrandir, puis télécharger le pdf.

En cliquant sur les modèles vous aurez le format pdf original, et ainsi vous pouvez avoir le modèle vierge à imprimer (à gauche) puis à illustrer! Avec à droite l'exemplaire réalisé par Capucine, la petite fille de Michel. A vos crayons!

Le voyage par essence

Marie-Lise, de la chouette agence de voyage "pointe du monde",vous propose un article sur une de leurs destinations, leur site de voyages fait partie de nos sites amis (cf: "sites amis" en page d'accueil), à découvrir avec intérêt, passion et sans modération:

 

Des instants de dépaysement dans une région montagneuse du Sri Lanka

Qui dit Sri Laka dit plages paradisiaques et temples bouddhiques. Pourtant, cette île asiatique possède bien d’autres merveilles.


À la découverte d’Ella
Si vous cherchez une adresse paisible au paysage verdoyant pour effectuer des randonnées, Ella est idéale. Localisée dans la région de Badulla au centre de Sri Lanka, cette ville est célèbre pour ses plantations de thé et ses montagnes imposantes. Pour y aller, il n’y a rien de mieux qu’un déplacement en train qui offre une perspective d’admirer un panorama splendide sur le chemin. D’ailleurs, un trajet avec ce moyen de transport est une immanquable lors d’un séjour Sri Lanka. Vous pouvez partir depuis la gare de Nuwara Eliya qui est la plus proche. Durant ce voyage de 2 h 30, vous contemplerez d’immenses cultures de thé, des rizières et des forêts qui se succèdent.


Une expédition au Little Adam’s Peak
Pendant un séjour sri lankais à Ella, il serait dommage de ne pas faire une randonnée pédestre depuis la ville jusqu’au Little Adam’s Peak. Il s’agit d’une montagne située à 4,7 km de la cité. Cette marche sera encore une fois l’occasion d’apprécier les gigantesques plantations de thé, un spectacle qui ne vous lassera pas. L’ascension est assez facile, car des escaliers conduisent au sommet. Sur les hauteurs, vous pourrez admirer la région dans toute sa verdure avec les cascades qui complètent la beauté du paysage. Sur le chemin du retour se trouve un atelier de fabrication de Batik qui est une sorte d’étoffe présentant des motifs orientaux. Vous pouvez visiter les lieux et observer la technique de confection de tissu.


Des moments de rafraîchissement aux chutes de la Rawana Waterfall
Lors de votre virée à Ella, il est conseillé de faire une excursion aux chutes de la Rawana Waterfall. S’élevant à 30 pieds de hauteur, ces cascades se situent entre des vallées et disposent d’une grotte derrière. Une légende raconte qu’un roi nommé Ravana avait autrefois kidnappé une princesse indienne et la cacha dans la caverne. N’oubliez pas d’apporter votre maillot de bain, car il est possible de se baigner dans l’eau. Par ailleurs, durant ce séjour au Sri Lanka, vous serez étonné en voyant des singes gambader librement un peu partout.


D’autres petits plaisirs à s’offrir
Mis à part son panorama magnifique, la ville d’Ella est réputée pour ses massages qui appliquent des principes ayurvédiques. Il s’agit d’une médecine traditionnelle du sud d’Asie. La région recèle une multitude de centres spécialisés dans le domaine. Mieux vaut consulter un forum sur le sujet afin de connaître les meilleurs endroits pour profiter d’un massage relaxant. En outre, ce séjour au Sri Lanka sera l’occasion de goûter à la cuisine locale. Ella dispose de plusieurs restaurants qui proposent des plats frais et succulents, notamment le Kottu et le riz au curry. Vous devriez également essayer le yaourt au miel de la contrée, un vrai délice.