Croatie, Bosnie, Slovénie, Italie ...Venise

30 juillet au 13 août 2011

VOYAGE  EN  EX-YOUGOSLAVIE

Nous sommes 46 Participants à prendre la route en direction de l’Est, ce dimanche matin du 31 juillet, depuis le parking de l’Hôtel Mercure de Strasbourg. Les 26 motos s’élancent en 3 groupes sous un ciel menaçant. 7 pays s’apprêtent à nous accueillir. Dans 2 semaines et près de 4000 km, nous serons de retour en France, à Briançon précisément.

Mais trêve de chiffres, nous voilà partis !

SOUS  LA  PROTECTION  DE  MERCURE

Le temps est loin du camping et des auberges de jeunesse ! Maintenant, c’est Hôtel pour tout le monde et plus il y a d’étoiles au fronton, plus les visages de nos Amis  (es) s’épanouissent ! Evidemment, les nuits se suivent et ne se ressemblent pas et nous ne sommes pas à l’abri de surprises, bonnes ou mauvaises. Nous démarrons fort, avec un Hôtel Mercure, habituellement réservé à la caste des hommes d’affaires ! Dans la mythologie romaine, Mercure était le Dieu du commerce, des voyageurs et…des voleurs ! Il suffira à chacun de choisir sa référence !

DE  L’AUTOROUTE,  UN PEU

Notre première étape nous mène directement au Tyrol, à Kaltenbach précisément, dans la Vallée du Ziller. Alors, il faut bien avancer et pour cela, rien ne vaut l’autoroute. En Allemagne, elle est gratuite et (parfois) sans limitations de vitesse ; il n’empêche que nous sommes bien contents de la quitter peu après Munich. La plaine n’est pas l’amie du motard, c’est bien connu ! A nous les routes sinueuses, bordées de chalets fleuris, les lacs limpides, les hordes de motos que l’on salue sans discontinuer. La Bavière nous offre des paysages grandioses. Il en sera ainsi tout au long du voyage. Terminées les lignes droites ennuyeuses, voici venus les virages, les montées et les descentes, pour notre plus grand plaisir. Nous ne quitterons plus la montagne du voyage, sauf en fin de parcours, dans la plaine du Pô, en Italie, où nous retrouverons les mornes autoroutes.

LES  3  GROUPES

"Chacun sa route, chacun son destin…" Chacun sa façon de voyager ! Voilà pourquoi, nous préférons rouler en 3 groupes. Les "rapides" du groupe 1 sont parfaitement guidés par Manu et Virginie sur leur rutilante Gold blanche. A en croire Guy Monnier, c’est "gaz à tous les étages, extérieurs et intérieurs, trajectoires au cordeau…" Gérard et sa TDM suivent sans sourciller, les 4 autres motos en font tout autant : "t’attaquais, toi ?"  "Mais non, on ne peut pas, ça bouchonne devant !"  Les pensionnaires du  groupe 1 sont également de fervents amateurs de petits restaurants : ils savent bien qu’ils auront tout le temps de nous rattraper !

La direction du groupe 2 est collégiale. Chaque jour, c’est un équipage différent qui mène la route. La veille, cela cogite ferme pour peaufiner les parcours, préparer les GPS : du travail de pro, propre et efficace !

Le groupe 3 regroupe les "vrais" touristes ! Ceux qui prennent leur temps et n’hésitent pas à se perdre… Certains raccourcis s’avèrent parfois bien longs et périlleux : mea culpa !

Il n’empêche, l’ambiance est (généralement) excellente et c’est un grand plaisir que de pouvoir échanger et partager ses impressions de voyages avec de si agréables compagnons.

UN  JOLI  BLED

Cela faisait un sacré bout de temps que nous n’étions pas retournés en Slovénie. Alors, il ne faut pas s’étonner des changements. L’Euro a remplacé le Tollar et les géraniums envahissent désormais les balcons, exactement comme chez les voisins autrichiens. Le fleurissement est un signe qui ne trompe pas,  annonçant la prospérité et la joie de vivre.

La Slovénie est un petit pays, aux paysages multiples et variés : on peut y skier en hiver et se baigner dans la mer en été. (cette petite façade maritime m’a permis de gagner un pari avec Serge !)

Nous logeons à Bled, un amour de  petite ville, très animée contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire ! Nous y passons une soirée magique, à siroter un café au bord de son lac majestueux, sous la protection de son vieux château tout illuminé.

ZAGREB

Il est temps de souffler un peu. La chaleur nous a rattrapés et il est agréable de rester 2 nuits de suite au même endroit. Nous effectuons notre première visite guidée du voyage avec un guide drôle et compétent. La capitale de la Croatie est une petite ville de 500 000 habitants, qui ne manque pas d’intérêts. Nous alternons visite en autocar et découverte pédestre de la vieille ville. Le vieux cimetière recouvert de lierre  abrite les tombes des trois religions monothéistes. Notre guide refuse de s’exprimer sur la guerre : "c’est trop frais dans les mémoires." Zagreb alterne les vieux quartiers délabrés avec des bâtiments historiques fraîchement rénovés. Les terrasses regorgent de jeunes gens insouciants et décontractés. La guerre semble à la fois lointaine et proche…Les nombreux parcs et jardins aèrent cette curieuse ville, à la fois paisible et fort animée.

La cathédrale catholique Saint-Etienne nous réserve une bien mauvaise surprise : un cerbère rébarbatif ordonne aux femmes de sortir sous prétexte d’épaules découvertes…Décidément, la maison de Dieu n’est guère accueillante !

SARAJEVO, EN VITESSE

Aujourd’hui, nous passons en Bosnie-Herzégovine. Le passage de la frontière n’est pas aussi compliquée que ce que nous le craignons…A condition de ne pas avoir oublié ses papiers ! C’est le cas des étourdis Jean-Michel et Annick qui doivent retourner à Zagreb, afin d’aller y  rechercher leur  passeport ! Ce sont des choses qui arrivent…Ce contretemps rallonge forcément le temps de parcours. La pluie s’invite, (ce sera la dernière fois du voyage) et nous gâche un peu la vue. Dommage, car nous traversons des gorges spectaculaires, longeons de paisibles rivières et franchissons des cols de moyenne montagne.  Par bonheur, les routes sont bonnes, souvent fraîchement goudronnées. La nuit tombe alors que nous atteignons l’Hôtel de Sarajevo. Nos Amis du groupe 2 ont eu le temps d’étudier les horaires du tramway. Alors après le repas, les plus courageux d’entre nous s’offrent une petite balade nocturne jusqu’au centre-ville, distant de 10 km. Le tram grinçant nous mène jusqu’à la vieille cité. Sarajevo mériterait bien plus que cette visite furtive. Les traces de la guerre y sont encore bien présentes, mais ici aussi, la vie reprend ses droits. Il faudra revenir pour mieux appréhender la capitale Bosniaque, au passé douloureux.

LA  PERLE  DE  L’ADRIATIQUE

Décidément, les passages de frontières sont souvent mouvementés ! Aujourd’hui ce sont Manu et Virginie qui en font les frais. Certes la carte d’identité de Virginie est périmée, mais jusqu’à ce jour personne n’avait rien trouvé à y redire. Une douanière zélée décide : "on ne passe pas" ! Rien à faire, les leaders du groupe 1 doivent retourner à Sarajevo…où on leur conseillera de tenter leur chance à une frontière plus perméable ! Après bien des péripéties, nos Amis nous rejoindront à Split…avant d’écoper d’une amende de 200 € en franchissant la frontière Slovène !

En dépit de ces vicissitudes, nous poursuivons notre petit bonhomme de chemin. Nous sommes partis tôt ce matin, afin d’arriver à Dubrovnik dès que possible. Personne ne regrette ce lever aux aurores. La découverte de la mer Adriatique, au détour d’un virage, relève de la magie : les mots sont impuissants à décrire la beauté de cette côte abrupte où les nuances de bleu le disputent au vert.

La ville est au diapason de son écrin : une pure merveille ! Il faut faire le tour des remparts pour s’enivrer d’une vue panoramique sur les toits rouges, sur les criques sauvages, sur les ruelles animées ! Quelques courageux y retourneront  à la nuit tombée, histoire d’écouter des groupes de jazz et de goûter cette fraîcheur si agréable des nuits d’été.

Quel dommage  de devoir quitter Dubrovnik…

MOSTAR  ET  SPLIT

La route nous appelle : d’autres beautés nous attendent. Aujourd’hui, nous nous payons le luxe de jouer à  "saute-frontières" ! Pour nous rendre à Split, en passant par Mostar, il faut jongler  entre la Croatie et la Bosnie.

Les monnaies sont différentes, et l’écriture cyrillique bosniaque ne facilite pas la navigation. Mais, partout, nous sommes bien accueillis.

Plus personne ne s’étonne aujourd’hui de voir "débouler" 26 motos au cœur d’un village. Le monde a changé. Certains se sont enrichis et "singent" l’Ouest au volant de leur gros 4x4, d’autres sont restés au bord du chemin : une société à deux vitesses, tout comme chez nous !

Le pont de Mostar se moque de la philosophie. Il a fallu le reconstruire, tout comme le vieux quartier martyr. Aujourd’hui, la foule se délecte de glaces aux parfums infinis et l’on y vend des grenades et des balles rouillées, vestiges d’une guerre reléguée au rang des souvenirs lointains…

Split est un port tout aussi animé que ses voisins de la Méditerranée. De jour comme de nuit, on s’y bouscule. Les marchands du temple envahissent la vieille ville parmi des monuments superbes qui témoignent d’un riche passé. Il fait bon, c’est l’été, les vacances, l’insouciance…

LE  PARC  DE  PLITVICE

Aujourd’hui, c’est jour de repos pour les motos, pas pour les pieds ! Ce parc naturel de toute beauté mérite bien quelques efforts ! Avec le billet d’entrée, on peut y "crapahuter" à sa guise ! Hormis un chemin en rondins de bois qui fait le tour du parc, la nature est laissée dans son état "naturel" ! C’est une succession de cascades, petites ou grandes, de lacs, d’étangs, de grottes, de forêts où la faune et la flore semblent fort bien s’accommoder de la présence du million de visiteurs annuels ! Il faut dire que l’espace ne manque pas et que chacun respecte scrupuleusement cette pépite de la nature, classée par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité.

Il n’est pas désagréable de délaisser pour un temps nos chères motos et de se ressourcer loin des villes et des routes, aussi belles soient-elles ! Enfin, lorsque les pieds demandent grâce, lorsque le courage se fait rare, il est aussi possible de poursuivre son chemin en petit train ou de traverser les lacs sur un adorable petit bateau multicolore.

LES  ENNUIS  DE  GUY ET CORINNE

Il est quand même bien rare que, sur la longueur d’un tel périple, un ou deux incidents ne viennent pas émailler le voyage. Cette fois, ce sont les infortunés Guy et Corinne qui s’y collent ! Ou plutôt, c’est leur GS qui se met à faire des siennes. Il faut dire que la brave B.M. affiche fièrement ses 170 000 km, alors un petit caprice est vite pardonné. Il n’empêche que nos Amis Normands ont de la chance dans leur malheur. La GS a sagement attendu que nous soyons arrêtés devant le port de Malinska  sur l’île de Krk pour déverser son huile de pont sur le pneu arrière : et dire que quelques instants auparavant nous descendions un col abrupt !

L’assistance est efficace et nos 2 naufragés accompagnés de leur monture blessée sont transférés  en deux temps trois mouvements,  vers Trieste, en Italie. Après une réparation aussi rapide qu’efficace, nous retrouvons le lendemain avec plaisir nos chers Guy et Corinne.

VENISE

Nous voici de retour dans la CEE. Nous quittons provisoirement nos montagnes adorées pour nous installer à proximité de Venise, à Lido de Jesolo, très précisément. Il s’agit d’une station balnéaire très fréquentée. Il n’est d’ailleurs pas possible de rajouter une seule serviette de bain  sur la plage ! Pour le calme, c’est râpé ! Par contre, pour ce qui est de passer une soirée animée, c’est gagné ! Il paraît que l’Italie est en faillite, mais ici on ne s’en rend pas vraiment compte. Dès 21 h la rue principale est livrée aux piétons et la foule déambule paisiblement une bonne partie de la nuit. A petite dose, ce n’est pas désagréable : une petite glace par ici, une bière bien fraîche par là…La vie est belle !

Ce n’est pas tout ça, mais nous sommes ici pour Venise.

C’est en bus et en vaporetto que nous rejoignons la célèbre place Saint-Marc où nous attend une charmante guide. Trois heures durant, nous allons percer les secrets de cette ville vraiment pas comme les autres. Personne ne peut rester insensible au charme de Venise. Certes, la foule incroyable des touristes vient un peu gâcher le tableau, mais il suffit de s’écarter un peu du Grand Canal pour se retrouver soudain perdu à l’ombre d’une petite église. Et puis, notre guide est intarissable sur les petites et les grandes histoires de la Cité des Doges. Grâce à des boîtiers individuels, nous ne ratons pas une miette des commentaires avisés. Les 500 gondoles, les 400 ponts, les 120 Palais, les 90 m de hauteur du Campanile, les 120 Doges…Venise, c’est avant tout une ambiance, une lumière unique, une ville d’Art où la beauté surgit à chaque pas, au détour d’une venelle ou d’un Campo (petite place) où trône un Pozzo (puits)…

En quittant Venise, une certaine nostalgie vous envahit : "dans combien d’années s’effectuera la prochaine visite ?"

BRIANÇON,  SÉPARATION

Tout à une fin. 500 kilomètres d’autoroute sous une chaleur éprouvante et le Col de Montgenèvre est déjà là en guise de dessert. Une dernière soirée à Briançon autour d’un bon repas savouré au restaurant "La Louisiane".

Samedi matin, tout le monde prend le chemin du retour.

Nous saluons chacun et nous nous retrouvons les derniers sur le parking, ou presque .

Quand il faut y aller…

Zbogom  Prijatelji !!!

Et au plaisir de se retrouver pour de nouvelles aventures en 2012.

 

Marie France vous offre les photos de ce voyage  à voir sur Picasa. Prévoyer 20 à 30 mn au minimum, il y en a 580.

Pour voir les photos de cette sortie, Cliquez sur le passage de la frontière    croatie 2011-lienpicasa