Le Grand tour des Alpes

LE GRAND TOUR DES ALPES

NOTRE PREMIERE EXPERIENCE AVEC VROAM, UNE REUSSITE

par Jacqueline et Marc Simon  

 fx-vers-chatel  L'album de Fabienne et Paul Thellier  /    les photos de la famille Gilbert, un clic → IMG 1903

DSC02477-copie

 

les clichés de Marc et JacquelineLe Grand Tour des Alpes ? Quelle bonne idée, nous sommes-nous dit en consultant le site VROAM sur les recommandations de l'ami Philippe Sapanel, qui nous a chaudement recommandé les voyages et sorties organisés par Christian Pienne et son épouse Nathalie.
Chiche, c'est décidé, on va s'inscrire.
Chaque jour nous surveillons la parution du bulletin d'inscription, non sans avoir prévenu Christian de notre projet.
DSC02156 - Copie d'autres clichés de Marc et Jacqueline.Finalement nous le recevons et le retournons illico. La confirmation arrive très vite. Il n'y a plus qu'à se préparer pour cette aventure collective.P1160223

C'est une grande première pour nous.                                 les photos de Brigitte Ramon, un clic → 
Depuis nos jeunes années, la moto a toujours été synonyme de grands voyages, lointains de préférence : Maroc, Norvège, Ecosse, ex-Yougoslavie, Grèce, Turquie, Sicile, Crète,... toujours seuls.
Après une interruption pour élever nos enfants, arrivés à l'âge de la retraite, nous reprenons la moto. Pour nos voyages, nous utilisons une remorque attelée à la Goldwing, qui nous permet de partir au moins 5 semaines, principalement en camping pour réduire les frais d'hébergement.

Pour une fois, nous allons partir légers, disposer du confort d'un hôtel chaque soir, et rouler en groupe. Une aventure tout à fait inédite !

Et bien, ce fut une très belle expérience qui nous a apporté beaucoup de plaisir.

VROAM, c'est la convivialité. Nous confirmons. Nous avons pu nous intégrer facilement dans tous les groupes, nous sentant toujours bien accueillis, jamais exclus.

VROAM c'est la sécurité. Disons que la sécurité dépend de la responsabilité de chaque individu. Quelle gageure pour un organisateur que de rassembler des pilotes de tous types de moto, de tous âges, de tous styles de pilotage. Et pourtant ça marche ou plutôt ça roule. Les groupes se constituent sur proposition de Christian, chacun y met du sien, et...... ça fonctionne.
Il n'est pas exclu que certains se sentent un peu frustrés. Qu'à cela ne tienne, toutes les possibilités sont offertes : changer de groupe ou rouler seuls lors d'une étape ou d'une autre, se reposer, visiter ou se balader lors des journées libres, faire les circuits suggérés ou d'autres balades à moto.

VROAM c'est le respect des autres. C'est vrai. Nous sommes tous différents, uniques.
Nous nous rendons compte dès les premiers échanges, que Christian veille à rappeler tout simplement que chacun est libre dans tous ses choix, et que si nos pratiques de la moto sont différentes, aucune n'est meilleure ou pire qu'une autre.

Revenons-en à ce Grand Tour des Alpes. Nous ne parlerons que de notre propre expérience de cette première fois avec VROAM.

Nous disposons d'un road-book qui nous précise l'organisation de chaque journée jusque dans les moindres détails. Pas de surprises sur les horaires, les parcours, les pauses café et rafraîchissement, les visites possibles, les difficultés éventuelles.
L'esprit libre, nous n'avons qu'à être présents à l'heure du départ, en général 8h30 ou 9h et à suivre le guide de notre groupe.
Nous sommes dans le 2ème groupe. Notre guide, Bernard cède parfois la place : nous avons eu Guy, Denis et Jean René. Nous roulons cool, ce qui nous convient parfaitement. Ceux qui veulent piquer une petite pointe de temps à autre ne s'en privent pas, on les comprend. Tout se fait dans le respect mutuel en prévenant le guide de nos intentions.
En ce qui nous concerne, nous avons préféré gravir le Col du Stelvio sans faire de pause café préalable. Nous sommes donc montés seuls. Nous préférons généralement ne pas nous arrêter pour la pause rafraîchissement et rejoindre directement l'hôtel. Personne ne nous en tient rigueur.

Depuis le départ de Colmar le 10 Août, nous n'emprunterons, jusqu'au dernier jour, que de petites routes de campagne et de montagne. Un vrai plaisir des yeux, et des narines. L'herbe coupée et parfois mouillée, hum, ça sent bon. Et oui, il pleut de temps à autre ! Mais, dans l'ensemble nous garderons un souvenir plutôt doux et ensoleillé du périple, avec quelques gros orages la nuit et deux jours de pluie incessante, dont le 13 Août au cours du passage du mythique Col du Stelvio. ( Découvrez le message de Michel Boulesteix, en cliquant ICI ).

Dimanche 10 août
vroam2014-008 un clic pour les photos de Michel Boulesteix. Nous partons de l'hôtel où nous nous sommes rassemblés la veille. Il ne pleut pas malgré l'orage de cette nuit. Pour nous, les nouveaux, cela a été l'occasion de faire connaissance, notamment au dîner avec Michel, Albert et Doriane. Nous sommes déjà enchantés.
Nous passons par les chutes du Rhin en Allemagne que nous ne verrons pas en ce qui nous concerne, traversons la Suisse et l'Autriche verdoyantes et fleuries, longeons une partie du lac de Constance sous un beau soleil.
Trois couples, dont nous-mêmes, avons perdu le groupe avant les chutes du Rhin, au moment où le groupe 1 nous a doublé. Nous l'avons suivi. Michel et Annie, Denis et Michelle qui étaient derrière nous, en ont fait autant. Nous continuerons à 3, puis à 2 et de nouveau à 3 lors d'une pause rafraîchissante au bord du lac de Constance.
Chemin faisant, nous remarquons les églises de style byzantin, les belles demeures tyroliennes.
Nous arrivons à l'hôtel à Bludenz en Autriche. Il dispose d'une piscine dont nous ne profiterons pas, trop fatigués que nous sommes par cette première journée très chaude.

Lundi 11 août

                                                            un clic pour les photos de Michel  Boulesteix vroam2014-108
Il pleut à torrent dès le matin mais il fait doux. Nous ne ferons pas la balade dans les bois au milieu des cascades au moment de la pause café, ni ne visiterons le château fort de Landeck en raison du mauvais temps.
Nous déjeunerons dans une bonne ambiance avec notre groupe, et apprécions l'accueil charmant des Autrichiennes du coin, que ce soit la serveuse, la boulangère ou encore le personnel de la charcuterie.
Nous passerons en Italie par le col de Reschen. La route est sèche, le vent souffle fort. Nous entrons dans des paysages de vignes et de pommiers à perte de vue, pour arriver à Bolzano, ville italienne du Sud Tyrol dont ¼ de la population est de langue germanophone. Enfin, nous voyons le soleil et pouvons en profiter dans le jardin de l'Hôtel. Cela fait du bien. Notre chambre est agréablement située dans la tourelle du bâtiment. Bonne pioche.
C'est le seul endroit où l'accueil à l'hôtel ne sera pas très sympathique. Il ne nous sera pas pardonné d'avoir organisé un apéritif à quelques pas de l'hôtel pour fêter l'anniversaire de Philippe. Pour notre punition, la carafe d'eau du robinet nous sera facturée 2 euros !

Mardi 12 août

                                                                              un clic pour les photos de Michel Boulesteix vroam2014-79
C'est déjà une journée libre. Pendant que la majorité effectue la balade suggérée à moto dans les Dolomites, nous allons à pied à Bolzano, dont nous visitons la vieille ville et le grand parc arboré. Il pleuvra très fort une dizaine de minutes en matinée, puis le temps sera doux et agréable. Nous nous accordons à deux, un petit « restau sympa ». Nous rentrons en longeant à pied le torrent. Très belle promenade d'une quinzaine de kilomètres en tout. En soirée il pleut à nouveau.

Mercredi 13 août
p1280881 un clic pour les photos de Michel Boulesteix . Dès le matin le fond de la vallée est bouché.
Nous attaquerons le Stelvio sous la pluie. Il monte à 2 758 m d'altitude. Les virages en épingles sont particulièrement difficiles à prendre surtout avec le manque de visibilité.
Nous sommes tous transis. Heureusement une bonne soupe nous attend à l'arrivée dans l'auberge où nous avons choisi de nous arrêter.
En descendant nous apercevons les torrents en furie, l'eau dégouline dans les pare-avalanches et nous éclabousse, une grosse pierre nous barre la route. Nous apprendrons qu'elle a chuté tout près de Serge et Christine du groupe 1, au moment de leur passage.
Le soir, nous profitons d'un intermède de temps sec pour faire un tour en ville avec Christine et Serge dont nous avons fait plus ample connaissance. Nous sommes à Sondrio une jolie ville Italienne. Nous rentrons sous la pluie, sans parapluie.
Le bon accueil à l'hôtel ainsi que l'excellent repas dans un restaurant tout proche nous requinquent avant une bonne nuit de sommeil.

Jeudi 14 août

                                                                 un clic pour les photos de Michel Boulesteix  : vroam2014-291
C'est une belle journée ensoleillée. Nous passons devant le musée Moto Guzzi, fermé comme prévu à cette heure, à Mandello del Lario,
Nous pique-niquons à Bellagio, joli petit village, sur une belle esplanade herbeuse, puis prenons un excellent expresso italien avec une tarte aux pommes dans une boutique, moitié épicerie, moitié bar à vin. Le reste du groupe déjeune dans un restaurant du village et se régale de poisson.
Puis nous longeons le lac de Côme sur plusieurs dizaines de kilomètres. Il déborde au niveau du port de plaisance en raison des pluies diluviennes d'hier. Nous dînons et dormons tout près du lac Majeur à Angera. C'est un bel endroit.
Hubert et Jacqueline ont un problème technique sur la BMW qui va interrompre en partie leur voyage. Ils nous rejoindront plus tard en voiture.

Vendredi 15 août
vroam2014-321 un clic pour les photos de Michel Boulesteix . C'est une journée libre. Il fait beau. Certains vont visiter les îles Borromées, superbes.
Quant à nous, nous atteignons par un bac, la rive d'en face où nous faisons une promenade bucolique avec Christine et Serge dans un parc botanique arboré d'arbres endémiques où quelques tortues d'eau barbotent dans une mare. Photos.
Dans l'après midi nous visitons la statue de San Carlo, un colosse de 35m de haut. Elle date du XVIIème siècle. Elle a servi de modèle à l'architecte Bartholdi pour la conception de la statue de la Liberté.
En soirée nous prenons un apéro en commun au bord du lac, payé par le premier groupe. Il fait toujours beau, c'est agréable et cela permet les échanges entre groupes. C'est le petit secret de nos organisateurs pour maintenir la cohérence de l'ensemble. Bravo.

Samedi 16 août
Après le gros orage de cette nuit, nous partons par temps nuageux. Aujourd'hui nous franchirons deux cols Suisses. Le premier, San Gottardo à 2 108 m. Certains l'atteignent par l'ancienne route pavée pour plus de sensations. Il fait grand vent et la température est de 5° à l'arrivée. Nous y déjeunons d'un repas chaud, bien à l'abri.
L'après midi nous passerons le col de Susten à 2 224 m par une température de 2°. Nous apercevrons de la neige toute fraîche, comme du sucre glace, sur les sommets environnants.
En descendant, nous passons à Interlaken et longeons le lac de Thoune près duquel se trouve notre hôtel.
Le lac est magnifique au coucher du soleil. Ce soir, il s'y donnera un concert sur une musique d' Elton John, pendant que nous serons dans les bras de Morphée.

Dimanche 17 août
vroam2014-352 un clic pour les photos de Michel Boulesteix. Il a encore plu cette nuit, mais ce matin le soleil est de retour. Le parcours est assez court, 192 km : belle route, beaux paysages, beaux virages. Il ne présente pas de difficultés particulières.
Nous quittons la Suisse pour regagner la France au Pas de Morgins. Cela nous fait tout drôle d'entendre à nouveau parler notre langue.
Nous ne faisons pas la pause de l'après-midi avec notre groupe.
Arrivés à l'hôtel en avance, nous rencontrons JR et Brigitte, avec qui nous visiterons le Musée de l'Horlogerie et du Décolletage, sa magnifique collection et sa riche documentation sur la vie à Cluses, à l'époque où ces activités faisaient vivre la population.

Lundi 18 août

                                                                 un clic pour les photos de Michel Boulesteix  : vroam2014-425
C'est une nouvelle journée libre. Nous faisons partie des rares à ne pas enfourcher la moto.
Nous nous levons un peu plus tard. Avec Serge et Christine, nous faisons une belle balade à pied le long du torrent jusqu'à un parc aménagé d'aires de pique nique et de jeux, d'appareils de musculation que nous utilisons, au bord d'un petit lac où barbotent des canards. Séance photos.
Puis, toujours le long du torrent nous atteignons la ville où nous déjeunons. Cluses n'a rien d'une ville touristique mais il n'est pas inintéressant de s'y promener en son centre joliment aménagé, tout près des imposants bâtiments de l'ancienne Ecole Royale d'Horlogerie.
Arrivée à l'hôtel vers 16h, après une bonne marche, nous profitons de la piscine qui nous rafraîchit à souhait.

Mardi 19 août
vroam2014-528 un clic pour les photos de Michel Boulesteix. Nous constatons à nouveau au réveil qu'il a plu durant la nuit. Certains ont été réveillés par un gros orage. Lorsque nous partons à 8h30, la route est mouillée. Prudents, nous nous équipons. C'est qu'aujourd'hui, nous avons 3 cols imposants à franchir ! Et bien, par bonheur, nous les franchirons sur route sèche, car il ne pleuvra pas dans la journée. Du coup, on se lâche et on roule à bonne allure.
Tout d'abord ce sera le Col de L'Iseran, 2 764 m d'altitude. Les 3 groupes VROAM s'y retrouvent. C'est un vrai plaisir de lire la joie sur tous les visages. Nous avons l'impression d'être les Reines et Rois des Cols.
En descendant nous nous arrêtons à Bonneval sur Arc. Ce petit village Savoyard situé dans le parc de la Vanoise est classé parmi les 151 plus beaux villages de France. Nous y dégustons une crêpe aux myrtilles pour l'un et à la châtaigne pour l'autre, en compagnie d'une partie de notre groupe. Miam !
Ensuite nous attaquons les cols du Galibier et du Lautaret avant d'arriver à l'hôtel le Faranchin à Villar d'Arêne. C'est un relais-motard où l'accueil, le gîte et le couvert sont particulièrement remarquables.

Mercredi 20 août

vroam2014-547                                                           un clic pour les photos de Michel Boulesteix  : 
Ce sera une belle journée ensoleillée. La pause café du matin au lac d'Embrun avec nos coéquipiers du groupe 2 est magique. Le parcours au dessus du lac de Serre Ponçon est somptueux.
Après déjeuner, au Belvédère Ivan Wilhem, nous visitons tous le Muséoscope sur l'histoire du barrage de Serre Ponçon. C'est émouvant, bien que l'on pique un peu du nez lors du dernier film. L'histoire d'Amédé, le légendaire résistant à la construction du barrage nous réveille, pour finir !

Dans l'après-midi nous arrivons à notre dernier hôtel à Sauze, le Soleil des Neiges, face aux pistes de ski. Très bon accueil et repas excellent, vin compris.

Jeudi 21 août
C'est la dernière journée libre. Il fait un temps magnifique.
La plupart d'entre nous s'éclate une dernière fois à moto : ce sera le col de la Bonette, les Gorges du Cians, les Gorges du Daluis.
Avec Serge et Christine, nous préférons effectuer une randonnée pédestre en montagne. Nous montons en télésiège à 1700 m et P1280855marchons sur les hauteurs, déjeunons à Super Sauze, prenons un deuxième télésiège jusqu'à 2 100 m. Le point de vue est superbe. Nous redescendons à pied en 2h jusqu'à Sauze, à 1 400 m. Cela fait un beau dénivelé pour nos jambes de motards.
En soirée nous apprécions l'apéro offert par Jean en remerciement d'une collecte que nous avons faite pour l'aider à payer l'amende qu'il a eu en cours de séjour. C'est aussi l'occasion de faire le bilan et de nous dire au revoir.

Vendredi 22 août
Il fait beau dès le matin dans ces belles Alpes du Sud. Nous nous quittons pour regagner chacun nos pénates du Nord au Sud, d'Est en Ouest. Certains sont déjà partis de la veille ou de l'avant veille.
Ce n'est qu'un au revoir........

Ceci est notre impression, celle d'un Grand Tour des Alpes comme nous l'avons vécu. D'autres auront vu, entendu ou ressenti d'autres émotions.
Nous sommes à peu près convaincus que pour tous ce fut une réussite.
En tout cas, chaque matin, le départ avait lieu à l'heure dite dans la joie et la bonne humeur, malgré certains petits soucis techniques sur certaines machines, qui ont tous trouvé une solution.

Même si nous sentons bien que Christian et Nathalie ne « font pas ça pour ça », nous tenons à les remercier chaleureusement pour cette organisation parfaite.