Les Routes du Sud à moto

Les Routes du Sud du 3 au 10 avril 2016

 

Photos de Jacqueline et Marc Simon en cliquant sur le petit montage à droite :les-routes-du-sud-montage

gorges de daluis

 

 

←et, à gauche les clichés de Fabienne et Paul Thellier.

 

 

 

 

 

Pour voir les albums de Michel Boulesteix, cliquez sur leurs noms: BARGEME, CASTELLANE, TOULON, COLLOBRIERE, GUILLAUMES, ENTREVAUX, GRASSE, GOURDON, MOUSTIERS,

Première sortie de l’année, la moto est impatiente de retrouver ses compagnes ainsi que pilotes et passagères.DSCN6703 Web

Pas mal de route à faire, donc je pars dès le samedi pour éviter de faire 9h d’autoroute d’affilée.

Une bonne petite pluie la nuit de vendredi à samedi  avec du sable venu d’Afrique ce qui fait que la moto est dégoutante. Petit nettoyage avant de partir mais une nouvelle pluie d’une petite heure sur la route, ce qui fait qu’il faut recommencer

Dimanche 3 avril

Rendez-vous à « Vidauban », petit village du Var, dont les bases datent de 1511. A partir de 1811, on dénombre de nombreux « fours à poix navale». La place et grande et le soleil est enfin là !

 

Rassemblement sur la grande place de Vidauban

La route est belle, vignes, genêts en fleurs, chênes liège, oliviers…..que du bonheur.

Nous passons devant Entrecastreaux où nous apercevons le très beau château. Dommage qu’un arrêt ne soit pas prévu, car il le méritait.

Visite de la grotte troglodyte de « Villecroze » formée il y a plus de 700 000 ans, Les grottes ainsi qu'une grande partie des champs autour du village appartenaient aux moines bénédictins de l'abbaye Saint-Victor de Marseille. Ils possédaient un prieuré alors installé à proximité de la chapelle Saint-Victor (attenante au cimetière actuel) et se servaient des grottes, encore dans leur état naturel, comme lieux de refuge en cas de razzias menées par les Sarrasins au 10ème siècle. Puis temps libre pour se promener dans les ruelles de ce pittoresque village médiéval. Les courageux feront l’ascension et auront une vue magnifique sur le village et la cascade.

Beaucoup de fontaines et petites places.

L'existence de plusieurs exploitations rurales romaines est attestée entre le 1er et le 5ème siècle après JC.

Au Moyen-Age, l'Ordre des Templiers détient une Commanderie et une exploitation agricole au lieu-dit duRuou. Ce domaine passe ensuite aux mains de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.

Les moines de Saint-Victor de Marseille, présents dès le 11ème siècle, fondent un prieuré près du village.

Les barons de Castellane assurent la paix du bourg et des campagnes.

Départ pour « Arcs sur Argens », village médiéval et haut lieu de la viticulture provençale. En levant les yeux nous découvrons le vieux village médiéval du Parage posté en sentinelle sur un piton rocheux. Mais pas le temps de visiter. Dommage.

Arrivée à « Fréjus », où se trouve notre hébergement, le centre AZUREVA.

Chambres spacieuses et propres. Garons les motos devant les chambres, ce qui est bien pratique. Pas d’eau chaude pour certain, mais le problème sera résolu dans la soirée. Le repas est copieux mais rapide car le personnel pousse derrière pour mettre le petit déjeuner du lendemain matin en place.

Les groupes de tables se constituent et la nôtre regroupe une partie des anciens de Sardaigne.

Lundi 4 avril

DSCN6750 webPetit 17° au matin. Nous roulons sur une très belle route à travers les gorges et la montagne. Arrêt-café à « Bargème » qui fait partie des plus beaux villages de France et situé à 1097 m d’altitude, offrant une vue imprenable sur la vallée. Dominé par les tours de son château, il ravi les amateurs de vieilles pierres.

Aux environs de Bargème

Il est midi et la ville de « Castellane », située aux portes des Gorges du Verdon, nous offre de quoi nous restaurer. Après avoir accédé à la terrasse de Notre-Dame du Roc, nous admirons le village et ses toits. La spécialité de la boulangerie du coin : La Fougasse aux anchois.

Depuis Castellane, nous roulons doucement sous la pluie, car les routes sont viroleuses.

Arrêt rafraîchissement à « Saint-Cézaire-sur-Siagne » situé en pays de Grasse.

Retour à notre hébergement. Comme toujours, les groupes partent dans l’ordre mais arrivent souvent dans le désordre. Le groupe deux décident de faire le plein le lendemain matin car il pleut toujours un peu.

Mardi 5 avril

Passage à « Gonfaron » pour un petit arrêt dans ce village surtout connu pour sa légende de l’âne volant, puis direction « Toulon », port militaire,  pour déjeuner et en profiter pour se balader dans les petites ruelles du vieux quartier.

Repas de midi libre à « Toulon ». Bernard a repéré un restaurant en bord de mer avec des sièges recouverts de peau de mouton qui lui plaise bien ainsi que le sourire de la patronne. Attention, il y a Carmen qui veille au grain. Visite de la vieille ville. Superbe yacht à quai, propriété d’un très riche anglais.

Arrivée au sommet du  «  Mont Faron » pour faire quelques photos et profiter d’un excellent panoramique sur la rade de Toulon. On peut y accéder également par le téléphérique.

Puis un arrêt café à « Cavalaire sur Mer » implantée au fond d’une magnifique baie entre mimosas et eucalyptus, ou nous prenons un rafraîchissement les pieds dans le sable. Le soleil tape les crânes. 25°.

Terminons la balade avec les embouteillages.

Mercredi 6 avril

DSCN6905 webDépart un peu plus tôt pour faire de l’essence, puis nous nous dirigeons vers « Collobrières », capitale des Maures, qui s’est imposée comme capitale incontestée du Marron, avec ses 900 hectares de châtaigneraie et une récolte avoisinant les 600 tonnes par an. La glycine et les mimosas sont en fleurs et embaument l’air de leurs subtils parfums. Nous visitons une ancienne petite fabrique de marrons, la confiserie Azuréenne et son petit musée. Une petite dégustation est prévue et l’on se régale avec les marrons glacés, la purée de marrons et autre crème de marrons. Les gourmands font chauffer la Carte Bleue et salivent devant tant de tentations sucrées.

Musée du marron et de la châtaigne

Remarque : arrêt un peu long dans ce village.

 

Rue de CollobrièresDSCN6909 Web

Sur la route en passant vers Saint Tropez, beaucoup de boulangeries proposent la fameuse « Tarte Tropézienne »

Repas de midi libre

Le « Monastère de la Verne », construit sur l'emplacement d'un ancien prieuré abandonné qui portait déjà le nom de Notre Dame de la Verne, la Chartreuse qui fut fondée en 1170 est ouverte pour la visite.

Reconstruction majestueuse de ce lieu chargé d’histoire et de spiritualité. Originalité de l’architecture, avec ces jardins particuliers.

 

Départ pour « Sainte Maxime » situé au cœur du Golf de Saint Tropez. Il y aurait possibilité de visiter la ville avec le petit train des Pignes, mais nous ne disposons pas d’assez de temps, malheureusement. Les oliviers, les mimosas, les pins parasols embaument l’air.

DSCN6932 WebLe Monastère de La Verne

Gérard qui roule depuis le début avec un pneu lisse jusqu’à la trame, décide enfin à le changer.

Le repas du soir a retrouvé de la quantité et du choix grâce à ma remarque justifiée de la veille, au directeur du centre. Merci.

Jeudi 7 avril

Court arrêt café et pipi au « Logis du Pin », puis nous faisons un arrêt photos aux « Gorges de Daluis », creusées dans les sols de pélite rouge. Tout au long du parcours, nous pouvons admirer les magnifiques arbres de Judée tout en fleurs.

 Les Gorges du DaluisDSCN6953 Web

Le casse-croûte de midi sera à « Guillaumes », haut lieu mondial de la minéralogie avec les Gilmarites. Village blotti aux portes du Parc National du Mercantour.

Reprenons la route pour le clou de la journée à « Entrevaux » ville royale de François 1er et vieux village fortifié par Vauban et classé « village & cité de caractère ».

Petite pluie d’une demi-heure, histoire de salir les motos à nouveau.

Une visite d’un des plus originaux « musée de la moto ancienne », fruit d’une collecte passionnée de Michel Lucani, qui expose quelque 75 bécanes en parfait état de marche. Musée que j’avais déjà visité avec Sylvie il y a deux ans.

Luc c’est loupé dans un virage en faisant le clown et a failli se vautrer. Heureusement qu’il maitrise bien sa machine.

Routes délicates à cause de la pluie.

Arrêt rafraîchissement à « Mons » Il fait 21° et le soleil est toujours présent. Nous avons beaucoup de chance. Joli village, plein de petites ruelles ombragées.

Retour sur Fréjus, un peu fatigué. Beaucoup de kilomètres aujourd’hui.

Vendredi 8 avril

Départ 9h pour « Grasse », ville aux mille parfums et capital du parfum.

Visite du musée et de l’usine Fragonard. Simultanément au nouveau Musée du Parfum à Paris ainsi qu’au Musée Jean-Honoré Fragonard à Grasse, l’exposition baptisée « 1926-2016, 90 ans de Parfum » nous présente l’histoire de la Maison Fragonard à travers une scénographie découpée en 9 tableaux qui décrivent les temps forts et les symboles de l’entreprise. Il y a également un musée de la même marque, rue Scribe à Paris.

DSCN7015 WebDécouverte de l’histoire des parfums Fragonard

Nous découvrons l’origine des parfums et apprenons à reconnaitre les différents ingrédients. Les tarifs d’usine sont attractifs et la carte bleue est de sortie.

Déjeuner pris à « Gourdon », sous le château et ses jardins dominant la Côte d’azur. Aucun commerce de bouche dans ce village. Que des boutiques et restaurants à touristes. Beaucoup trop à des tarifs prohibitifs.

Nous trouvons un super petit restaurant en bas du village, qui nous accueille avec le sourire et nous propose une assiette de lasagnes avec une salade servie en moins d’une heure. Je ne suis pas trop lasagnes, mais là, rien à redire…c’était délicieux. Je pense que c’est le père de la patronne qui était aux fourneaux. Nous l’avons félicité pour son excellent plat.

La table est bonne et sympathiqueDSCN7034 Web

Impossible de ne pas céder à la tentation lorsque vous découvrirez Gourdon. Ici, les tables et les marchés regorgent de produits qui d’emblée font saliver. Humez, regardez, goûtez… A chaque saison, ses délices. Agneau du Quercy, noix, cèpes, truffes, safran, cabécou, miel, châtaignes, melon… Sans oublier les canards et les oies déclinés en confits, rillettes, grillons et foies gras, le tout accompagné de vins de Cahors issus du Malbec et de quelques tranches de Croustillot. Remis au goût du jour par une poignée d’artisans boulangers, ce pain d’hier élaboré à partir d’un blé local est sans additif. Mie moelleuse, croûte craquante, il régale de son goût subtil.

Arrêt rafraîchissement au café Néapolis à « Mandelieu la Napoule » située au bord de la Méditerranée, aux portes de Cannes, entre le massif de l'Estérel et les espaces boisés du Tanneron. Depuis des lustres, Mandelieu-La Napoule vit au rythme de la floraison de cette fleur australe. Le mimosa, véritable "soleil d'hiver", est célébré, tous les ans en février, au travers d'une grande liesse populaire. La route est magnifique et offre une vue sublime sur la baie.

DSCN7089 WebGroupe 2 au Lac de Sainte Croix du Verdon

Retour sur Fréjus un peu plus tôt que d’habitude, car il est organisé un pot de l’amitié. Avec la boisson, les cacahuètes, les chips,  l’ambiance monte d’un ou deux crans. C’est là que j’apprends la blague que m’a fait Luc : Dans les virages, nombreux dans ce coin de Provence, j’entendais souvent ma GoldWing racler ???? J’étais un peu étonné au début. J’avais beau regarder sous la moto, je ne voyais pas où cela pouvait toucher. Cela m’était bien arrivé quelque fois auparavant, mais pas à chaque virage. ???

En fait, c’est Luc qui, roulant toujours derrière moi, faisait racler ses cale-pieds volontairement, me faisant croire que c’était moi. Bernard et Anne-Christine se pouffaient de rire voyant le guet-apens.

J’avoue que j’ai marché jusqu’au bout.

Durant le repas Luc, à qui j’avais fait remarqué mon intérêt pour la beauté d’une des serveuses, l’a interpellé et lui a passé ma carte de visite de photographe. Un modèle de plus à photographier ??? Sacré Luc !

Samedi 9 avril

Arrêt café à « Tourtour », village dans le ciel, très prisé des artistes et classé parmi les plus beaux villages de France.

Ses sources qui alimentent 8 fontaines, ses ruelles fleuries, son moulins à aubes, ses deux châteaux……et la pluie qui se met de la partie.

Départ vers « Moustiers sainte Marie », ville réputée et classé parmi les plus beaux villages de France pour sa magnifique faïence aux décors somptueux. A la croisée des Gorges du Verdon et de la Route de la Lavande. Mais également proche du Lac de Sainte-Croix. Le soleil est revenu et c’est bien agréable.

Moustiers Sainte-Marie (faïence)DSCN7094 web

Après le déjeuner, pour digérer, nous entamons une boucle autour de « La Palud du Verdon », histoire d’user un peu les flancs de nos gommards. La route des crêtes est un circuit de 23 km qui permet d’admirer les Gorges d’en haut.  Ce site est aussi réputé mondialement pour l’escalade.

DSCN7097 WebLes Gorges du Verdon

Arrêt rafraîchissement à « Comps sur Artuby » Initialement construit sur un rocher, Comps est un ancien village fortifié, au milieu d'une région sauvage. Le vieux bourg a beaucoup de caractère, l'endroit est calme et reposant.

Jean-Charles a sa Pan qui à un clou dans son pneu. C’est le Dafy de Fréjus qui lui fait la réparation à 18h. Super sympa !

Retour pour le diner à Azureva

Dimanche 10 avril

Il fait frais ce matin 9° mais du soleil.

Le groupe de motards au complet dans la grande salle du château du Font du BrocDSCN7138 Web

Court arrêt photos au pied du « Rocher de Roquebrune », mais pas le temps de faire une photo, car beaucoup trop de monde. N’avions fait qu’un seul groupe. 

Départ pour « Arc sur Argens », sous le soleil, pour une visite du magnifique « Château du Font du Broc », son domaine, sa cave d’inspiration cistercienne, et son étonnant « manège à chevaux » dont la salle équestre peut contenir 1000 personnes. Le propriétaire aurait 350 chevaux en Camargue.

Dégustation de vins de pays avec amuse bouches à base d’olive,  très appréciés.  Particulièrement le rouge 2011. Le rosé et le blanc n’étaient pas mal non plus. Notre guide était très sympathique et fin connaisseur malgré son jeune âge, 28 ans.

DSCN7148  WebCave d’inspiration cistercienne du Domaine du château du Font du Broc

Retour à Fréjus, par la route la plus rapide, pour un dernier repas pris en commun au centre AZUREVA, avant le retour à la réalité, c’est-à-dire à la maison. Service ultra-rapide comme d’habitude et à 13h beaucoup déjà repartent.

Huit jours passés ensemble, dix jours sur la route, un vrai bonheur mais aussi de la fatigue. Plus de 3300 km dont 1000 en virolos et paysages sublimes. 456 photos et seulement douze à choisir pour l’article. ???

Retour sans pluie, malgré la météo qui annonçait le contraire ???

A bientôt,

Philippe Sapanel