Bons Baisers de Misca

BONS BAISERS DE MISCA !

                                                      Pour voir l'album photo d'Anne-Marie et Serge Goussot,cliquez sur la charrette:Misca 2017 102
Roule, roule… Le Renault Trafic affrété par Choum avance inlassablement. Allemagne, Autriche, Hongrie et enfin la Roumanie où nous passons un bon moment à la frontière, vérification de nos 9 cartes d’identité oblige. Pour en arriver là, il a fallu se relayer au volant, affronter la pluie, le brouillard, la fatigue qui te plonge dans une douce torpeur sur le coup des 3 heures du matin… Le voyage est bien plus facile puisque les chauffeurs sont nombreux et expérimentés, rien à voir avec la première fois où j’ai accompagné Serge Grandvaux dans son Renault Espace, il y a (déjà) 9 ans de cela…Il n’empêche, il faut quand même les avaler ces 1600 et quelques kilomètres qui nous séparent de Misca. On a beau bien connaître le parcours et disposer d’un bon véhicule, vaste et confortable, personne n’est fâché de rejoindre Paul, Jean-Marc, Patrick et Serge qui sont partis de Mouchard dans la voiture de Patrick. Nous voilà donc 12 Vroameurs et une Vroameuse puisqu’AnneMarie, (l’épouse de l’"autre" Serge) est la seule femme du groupe. Yvon, Luc, Fabrice, Serge et Anne-Marie découvrent Misca.

A LA NOCE !

Misca 2017 39A peine installés à l’orphelinat, nous rencontrons notre Ami Misi. Quel bonheur ! Depuis notre précédente visite, il a été élu maire du village et c’est une tâche très prenante que d’administrer les 3500 habitants de Misca et des 6 autres villages qui constituent la commune de Chislaz. Il nous annonce deux nouvelles, une mauvaise et et une bonne :

- Les enfants sont en vacances scolaires et nous ne les verrons donc pas. C’est évidemment une grande déception. - Deux jeunes du village se marient aujourd’hui et nous sommes conviés à la noce ! Imaginez 13 Vroameurs invités à l’improviste parmi près de 180 convives ! C’est une expérience inoubliable ! Après le mariage civil célébré par Misi, certains d’entre nous accompagnent les mariés à l’église, puis c’est le repas de noce à la salle des fêtes où nous prenons place parmi les invités. Peut-on imaginer pareille gentillesse et un tel accueil chez nous ? La soirée est magique, simple, festive, bon enfant, animée par un violoniste virtuose qui joue même un air de Dalida en notre honneur… Quel honneur et quel accueil !

BAIA MARE ET ORADEA

Après une courte nuit, notre fine équipe se scinde en deux parties. 7 Vroameurs décident de visiter Oradea, située à 45 km de Misca. La Misca 2017 49capitale du Bihor bénéficie d’une importante rénovation lui permettant de retrouver une bonne partie de son lustre d’antan. Nous sommes 6 à reprendre la route en direction de Baia Mare, une ville de 100 000 habitants distante de 160 km environ, où nous attendent des amis de longue date. Depuis le collège, une de mes sœurs correspond avec Mariana et Gabi, un couple de Roumains ! C’est une longue histoire qui nous lie et à chaque fois que cela est possible, j’aime leur rendre visite. Le problème est toujours le même : nos amis tiennent à nous inviter au restaurant et refusent obstinément de nous laisser payer la note. Cela signifie que ce repas leur coûtera un quart de leur salaire mensuel ! J’en ai les larmes aux yeux… C’est le sens de l’hospitalité des Roumains : pour eux se serait un affront et un déshonneur que de ne pas nous inviter. Nous conversons facilement car Mariana et Gabi, qui ont appris le Français à l’école, maîtrisent bien notre langue.
Ils nous confient être choqués et blessés de savoir par les médias, qu’en France on traite souvent les Roumains de voleurs et de parias. Si seulement les peuples pouvaient se parler et dialoguer comme nous le faisons, peut-être que le sentiment de haine et de peur de l’étranger, qui prédomine un peu partout serait moins fort ? Nous quittons nos amis à regret et constatons la nette amélioration du réseau routier. La Roumanie évolue lentement, mais les faibles revenus de la majorité de la population restent bigrement d’actualité.

MARGHITA

IMG 0444Le lundi est consacré aux achats pour les enfants. Grâce à votre générosité, il nous reste 750 € sur vos dons de 2015, que nous allons consacrer entièrement aux enfants de Misca. Avec Misi, nous nous rendons à Marghita, petite ville de 15000 habitants située à une quinzaine de kilomètres de Misca. J’aime bien Marghita : ce n’est pas une ville touristique, mais elle est animée et l’on y rencontre bon nombre de campagnards, qui "montent" à la ville pour y faire leurs achats. L’école maternelle a besoin de 2 tapis et de diverses fournitures scolaires, l’école primaire se concentre sur les cahiers : nous leur en fournissons 350. Ils serviront, en majorité, de récompense pour les élèves les plus méritants ! Quant à l’orphelinat, nous leur offrons le reste de l’argent, dont ils ont grand besoin.

RETOUR

Le séjour est très court : nous ne sommes pas en vacances… Après un dernier repas Misca 2017 24savouré à l’orphelinat, nous prenons le chemin du retour. Et roule, roule petit Renault Trafic ! Quelques averses de neige plus loin, nous effectuons une pause à Bratislava, capitale de la Slovaquie. Le centre historique mérite vraiment une petite visite.
L’éclairage met en valeur des monuments d’une grande beauté et il fait bon flâner dans les ruelles d’où s’échappent d’agréables effluves de petits plats mijotant dans les nombreux restaurants environnants. Dommage que le vent soit glacial et qu’il soit si difficile de se garer, (Luc est resté au volant durant notre promenade) car Bratislava est une des plus intéressantes villes d’Europe. Et roule, roule… Les kilomètres défilent, l’Autriche, l’Allemagne sont avalées en pleine nuit. Et nous voilà déjà de retour à la maison. Merci à vous, bons compagnons de voyage. J’espère que vous garderez un bon souvenir de ce voyage express à Misca et que vous deviendrez ambassadeurs de cette Roumanie que nous aimons tant.

Christian.