Les 100 (virages) d'Angers

A peine terminée, voici déjà les premières photos de cette chouette sortie. Le compte rendu de Jean-Louis, viendra bientôt (on l'attend avec impatience :-))

Mais, nous avons déjà quelques commentaires :

Christian et Nathalie: "Merci pour ce grand bonheur partagé lors de cette première sortie de la saison".

Carine et Alain: "Nous vous félicitons encore pour ce super weekend ! "

Emmanuel Macron: " Je veux dire à celles et ceux, aux Français qui travaillent, aux femmes et aux hommes, forces vives de notre nation, ce week-end Vroam, est l'exemple de ce que peut être notre beau pays. Je dis que les mots ont un sens, et je veux ici, solennellement rappeler les paroles des Rolling Stones: " Sarthe me up" !.

Je suis fier de cette France profonde qui se lève tôt, et part toujours en avance. Aléa jacta est, et Spiritus Sancti ..."

Eric de Montgolfier : " Nul n'est censé ignorer la Loire", aussi je condamne Vroam à continuer ses activités aussi longtemps qu'il le faudra.

Donald Trump : " Amenez moi une Harley, j'y vais! ... C'est où ?"

Pour voir l'album complet de Carine et Alain, cliquez sur : A

Pour regarder les clichés de Christine, Christophe et Maxime, cliquez sur : B

En cliquant sur le "C" vous verrez quelques photos de Michel : C

Pour jeter un oeil sur l'album d'Eric, vous cliquez sur : E

LES 100 VIRAGES D' ANGERS

21 ET 22 avril 2018

Ce ne sont pas moins de 59 VROAMeuses et VROAMeurs qui se retrouvent à Allonnes, dans la banlieue du Mans pour ce premier W-E 2018. La colonie VROAM de la Sarthe, déjà bien pourvue, s'agrandit encore de 2 guides supplémentaires , Josefa et Manu! Une petite pensée pour un de nos sarthois, Michel AUBERT, qui, opéré, n'a pu se joindre à nous. Les retrouvailles se font sandwich à la main, ou autour d'une table de brasserie. Discuter le bout de gras auprès des motos c'est très agréable, d'autant qu'il fait beau. Que dis-je, très très beau, c'est l'été en Sarthe.

DSC 1356
Nous autres sarthois ne sommes pas des exclusifs. Cette année nous allons nous rendre chez nos voisins. Au programme des sites en Mayenne et en Maine et Loire.
Départ à 13 H 30. La pendule indique vite 13 H, l'agitation des préparatifs bat son plein. Alors on va respecter la devise de CHRISTIAN : tout le monde est là, pourquoi ne pas partir plus tôt ??? Nous vous le confirmons, il ne changera pas !
Nous sommes tant de sarthois présents que nous avons la possibilité d'envoyer Jean-Louis devant pour sécuriser des intersections dangereuses. Le luxe.
C'est parti. Petites routes, en veux-tu en voilà !
- «  Tiens , c'est qui ce gugus qui fait de grands signes sur la route ? »
C'est Jean-Louis ! Il n'a pu se rendre où il le souhaitait, route barrée dans un village. Pas prévu, cela arrive. Les 4 groupes parviendront à se rendre à Saulges, c'est l'essentiel. DSC 1374
Site magnifique et intéressant.

Cet adorable petit musée préhistorique, situé sur les bords de l'Erve, rénové récemment avec des fonds Européens, présente une petite collection éclectique et didactique sur les lieux, où 30 000 ans plus tôt, les hommes frottaient des cailloux et faisaient des grands feux...

Reprenons les motos, en direction d'Angers cette fois, et toujours via de belles petites routes.
- « Dis donc, à l'intersection, il avait une matraque à la main Jean-Louis ? »
- « Non, non, c'était une canette ! »
Petite pause à l'entrée du Maine et Loire, un parking très agréable en bordure d'un petit port sur la Sarthe. Mais les pauses doivent aussi être utiles. Milène et Guillaume, un VROAMeur bien connu et voisin, vont nous montrer comment prendre en charge un motard blessé. Les précautions à prendre avant d'intervenir : sécuriser les lieux pour éviter le suraccident. Bien entendu, appeler les secours. (La France n'a malheureusement pas encore adopté le numéro unique européen, le 112). Vérifier l 'état de santé du blessé (respire ou pas, conscient ou pas), ne pas essayer de retirer le casque (laisser cette tâche aux pros).

DSC 1485
Ensuite, démonstration de la méthode pour mettre le corps dans la fameuse position dite « PLS » (Position Latérale Sécurisée) en attendant les secours. Les astuces pour le faire seul tout en protégeant une partie très sensible, à savoir la nuque. Pour ce faire on se sert tout simplement du bras de la victime qui va tenir d'« oreiller »pour maintenir la tête.
Un grand merci à Guillaume qui s'est montré très pédagogue et convaincant. Un petit merci à Milène qui n'a pas interrompu Guillaume !!! Sans oublier Sylvain, « le blessé ».
Le timing de l'après-midi est tenu, nous arriverons même à l'hébergement avec un peu d'avance. Cela tombe bien, car par cette météo, du temps supplémentaire est nécessaire : douche-bière pour les uns, bière-douche pour les autres. On a vu aussi quelques bière-bière-douche. Un seul n'a jamais trouvé la douche !
En début de repas, après les traditionnelles présentations, Michel nous parlera de ses recherches à propos des lieux en « bouche » ou en « bec »

« Bouchemaine sera la première commune que nous allons traverser demain.
Comme son nom l’indique, Bouchemaine c’est la « bouche de la Maine ». Autrement dit, c’est l’endroit où la Maine –l’une des plus courtes rivières de la maine petitFrance (moins de 12 kms)- se jetait jadis dans la Loire –le plus long fleuve de l’Hexagone- Jadis car le confluent actuel s’est déplacé d’un kilomètre en aval.Cliquez pour aggrandir le plan :
La Maine, réunion du Loir de la Sarthe et de la Mayenne fut longtemps appelée « le trois rivières ».
Sur le même mode, on trouve à Saint-Hilaire-Saint-Florent près de Saumur le lieu-dit « Bouche-Thouet » au confluent du Thouet et de la Loire.
En revanche, à la limite du Maine-et-Loire et de l’Indre-et-Loire, ce n’est pas la bouche mais le bec qui symbolise la rencontre de la Vienne et de la Loire au « Bec-de-Vienne » près de Montsoreau. Près du Lion d’Angers, on nomme « Bec-de-l’Oudon » l’endroit où cette rivière se jette dans la Mayenne. Quant au « Bec-du-Loir », c’est l’embouchure du Loir dans la Sarthe.
Les mots bouche et bec ont des origines et un sens tout à fait comparables en anatomie comme en toponymie »

DSC 1693Petit souci pour la soirée, le bar fermant à 22H et non 23 comme prévu. Qu'à cela ne tienne, le barman accepte toutes les commandes avant de partir. Les stocks sont faits. De plus, comme souvent, certains amènent des breuvages divers. Et d'autres y goûtent … y re-goûtent…. « Poussin » le bordelais a partagé un rhum arrangé, hummm … T'avais qu'à v'nir !!!
Départ à 8H30 demain. Allez, Bonne nuit tout le monde.

Le dimanche matin 3 amis du Calvados nous quittent. Samedi matin, au départ de chez lui, Patrice s'est fait mal à la cheville en béquillant sa moto. Mais la cheville a enflé et lui fait mal, il préfère rentrer avec sa douce Bernadette, accompagnés par Philippe .
Température plus fraîche ce matin mais le thermomètre devrait vite monter. Nous nous rendons à Béhuard, une petite île sur la Loire en empruntant une très belle route, avec passages pavés, mais pas de « d'Angers », la météo est avec nous.

Béhuard est l'unique commune à être une île habitée sur la Loire. Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, à une quinzaine de kilomètres d'Angers le village est ceinturé par deux bras de la DSC 1829Loire.
Entre 1469 et 1482, le roi Louis XI y ordonne la construction d'un sanctuaire dédié à la Vierge après avoir échappé à la noyade à la suite du naufrage de son embarcation dans la Charente. Une église à double nef en équerre est construite.
Béhuard, labellisée "Petite Cité de Caractère" en 2004, ne compte qu'une centaine d'habitants à l'année.
Ce prestigieux label permet à cette petite cité, aux multiples charmes d'accueillir de nombreux visiteurs.
En effet, on vient se marier à Notre Dame de Béhuard, petite chapelle royale perchée sur un rocher et faisant corps avec lui (vous pourrez constater cette originalité ) .
Aujourd’hui on vient à Béhuard en pèlerinage, au mois d'août. Avant le xve siècle, Béhuard est un haut lieu de pèlerinage pour les bateliers et doit sa renommée à la Vierge protectrice des mariniers et des voyageurs, et donc protectrice des Vroameurs !
On vient pour le charme du village, pour faire le tour de l'île à pied, longer la Loire, flâner sur les grèves, pêcher... On vient encore pour la guinguette, ou la fête de la Plate. Je n’ai pas dit : « du flat ! »
Bref, mille raisons de venir et revenir à Béhuard .

 

Nous enfourchons à nouveaux nos beaux engins pour découvrir la « corniche angevine ». Très très joli site, virages à gogo, même si ce matin une petite brume gâche un tant soit peu le panorama. Une petite grimpette pour atteindre un plateau, sillonné par la rivière « Le Layon » et couvert de vignes. Les « coteaux du Layon », grande appellation d'Anjou. Les paysages se succèdent, toujours aussi beaux.
Nous ferons la petite pause à Rablay sur Layon.

DSC 1941

En 1774, la Compagnie des mines de Saint-Georges sur Loire (à 15kms à l’Ouest d’Angers sur la rive nord de la Loire) obtient l’autorisation de la canalisation du cours inférieur du Layon pour transporter son charbon Les travaux sont terminés en 1779 : un port et une auberge sont construits à Rablay et le Layon.est coupé par une vingtaine d’écluses.
Grâce à cet aménagement la région se développe et les vins des villages le long du Layon, notamment ceux des vignobles situés sur les coteaux à Rablay. Ils sont alors vendus dans tout le nord de l’Europe par l’intermédiaire des commerçants hollandais qui ont des entrepôts à Chalonnes3 là où le Layon se jette dans la Loire.
Aujourd’hui, Rablay, compte 750 habitants et 59 Vroameurs, une activité viticole reconnue au travers des : Côteau du Layon, Crémant de loire, Anjou blanc et rouge, Anjou villages, Cabernet d’Anjou, Rosé d’Anjou et de Loire. Sa devise n’est-elle pas : « Rablay, l’âme du Layon ».
On compte un terrain de Boule de Fort et le wk de Pentecôte se tient le Festival des Artistes.

Vous vous souvenez, qui dit pause dit utilité …..
Nous avons vu comment porter secours au motard, cette fois le motard est debout et Eric va nous apprendre plusieurs techniques pour relever…. la moto !!

Nous avons tous, vécu ou rencontré une moto à terre. La redresser relève d'une gageure. Il existe 3 manières décrites pour nous aider à y parvenir, vous pourrez les visualiser en regardant ces 4 vidéos (2 sont similaires):

 

DSC 1894Les habitués des W-E sarthois le savent bien, il devrait y avoir un jeu. Gagné ! Trois petites questions de Michel sur le parcours que nous venons d'effectuer avec trois bouteilles de coteaux du Layon à la clé (même pour Poussin qui a répondu au pifomètre).

Dernière étape pour se rendre au restaurant. La rue est en travaux, le patron avait promis de faire les démarches pour que l'on puisse se garer, il a tenu sa promesse. Le restaurant est situé en bord de Loire. Encore 100 dAngersun bel endroit. Et que dire du repas ? De l'apéritif, original, local, avec petits amuse-gueule jusqu 'au dessert, en passant par la terrine aux noisettes,tout était de qualité. Un petit bémol pour la viande, un peu trop ferme pour certains. Une belle façon de terminer ce W-E. Grandes embrassades, grand au revoir, beaucoup de rendez-vous pris pour des retrouvailles lors des prochains W-E VROAM.

Le soleil est toujours présent, ce qui aidera grandement au retour dans nos pénates.

Que les prochaines sorties de VROAM soient aussi ensoleillées, dans le ciel comme dans nos têtes et nos cœurs.

Eric, Michel, et content Jean-Louis.

PS : pour ceux qui étaient au parfum : de retour à la maison, mes lunettes de soleil n'étaient pas tombées chez moi. Tant pis.
Le voisin me demande des nouvelles de mon W-E et me dit : « Vous n'avez pas perdu vos lunettes en partant ? » Eh oui, tête en l'air mais très chanceux Jean-Louis.