Ils sont arrivés en tenant leur guidon, l’air émerveillé de motards heureux …

          Et pourtant on devinait comme un peu d’inquiétude. Certes les retrouvailles étaient chaleureuses, mais, oui il y avait un petit mais. Pas de quoi gâcher ce rassemblement des amis, mais quand même…

          Il y avait ce petit problème qui taraudait les esprits et qu’on aurait bien aimé résoudre dès l’arrivée à Provins.

          On se souvient de l’énoncé :

Sachant que les nuages blancs se déplacent à une vitesse moyenne de Vnb et à une altitude de Anb,

Sachant que les nuages noirs se déplacent à une vitesse moyenne de Vnr et à une altitude de Anr,

Dans un premier temps et par soucis de simplification on ignorera ce que font les nuages gris

Sachant que Météo France a prévu deux jours de pluie pour les 7 et 8 septembre,

Sachant que l’antenne Normande de Météo France annonçait une pluie à 50 %

Sachant qu’un paysan du Haut Doubs avait confirmé cette prévision affirmant même que : « De toute façon on verra bien !! »

Sachant que le syndicat indépendant des grenouilles météorologistes a déposé un préavis de grève pour ces deux mêmes jours,

Sachant que 2013 est une année non bissextile,

Calculer la probabilité Prda que les deux journées des 7 et 8 septembre se passent sans pluie.

          Devant une telle complexité on devine l’embarras de chacun et la profonde inquiétude de tous. Mais il fut décidé de chercher la solution en commençant dès la visite de la belle ville de Provins.

          Les auspices semblaient être favorables. N’y avait-il pas là une vieille église qui avait vu passer la Pucelle (pas une motarde) mais une fière chevalière du XVième. Certains se précipitèrent donc dans icelle église espérant eux aussi entendre des voix qui à nouveau les guideraient pour bouter hors de la région une pluie si typiquement anglaise. Que nenni !!! Pas de voix !!! D’autres se rapprochèrent d’un bénitier espérant y trouver quelques grenouilles non-grévistes qui pussent les aider. Que nenni bis !!! Toutefois Claudie et Jean-Marc, par leur présence courageuse et pudique, redonnaient de la force à ceux que la tentation de baisser les bras aurait vaincus. Du fond du cœur, merci à vous deux.

          Chacun reprit son parcours l’esprit très occupé. Les passants qui les voyaient traverser leurs petits villages étaient interloqués. On aurait dit une secte en déplacement. Et je te regarde à gauche, et je te regarde à droite, et je te scrute le ciel, et je te fais un demi-tour, et je te repasse devant ce fronton de la vieille église de Rampillon. Pas de doute, cette colonie en déplacement cherchait quelques preuves d’un éventuel passage d’extra-terrestres ou de quelque chose du même tonneau. La preuve que l’heure était grave, ils s’étaient divisés en plusieurs groupes craignant peut-être que les foudres du ciel ne les déciment tous d’un seul coup. Certains étaient équipés des détecteurs GPS (Grosses Pluies Subites) derniers cris équipés de pluviomètres à culbuteurs inversés, d’anémomètres à dépression et de gyroscopes à pédales indépendantes (encore en phase expérimentale). Malgré tout, chacun était dans l’expectative malgré les premiers résultats qui tombaient annonçant que Prda serait proche de 50 % et confirmant ainsi la prévision de Météo France Normandie. Mais cela ne suffisait pas ; il fallait une vraie démonstration, un vrai calcul.

          La décision fut prise de tous s’arrêter à Blandy-les-Tours au pied des tours du vieux château. Là, on commença par vérifier une pression chère aux motards et qui n’était pas la pression atmosphérique. Le résultat confirma toutes les espérances.

          Certains prirent des photos du ciel, d’autres sortirent leurs ordinateurs transportables et interrogèrent Google. Ils trouvèrent les fameuses formules d’Alexos Météorolopoulos  (458-408 av JC) un des premiers grecs à s‘être interrogé sur les caprices du ciel et premier lauréat de la médaille Fieldopoulis. Mais ses formules intégraient beaucoup trop de paramètres pour être utilisées sans un méga ordinateur. Il fallait renoncer à leur emploi. D’autres se ruèrent sur les algorithmes de l’arabe Al Averse, sans plus de succès. Les plus pragmatiques se rangeaient derrière la sentence du paysan du haut Doubs frappée on coin du bon sens « On verra bien ».

          Toujours dans l’expectative, la joyeuse tribu pris le chemin du gîte se disant qu’après tout ce qui comptait ce n’était pas la prévision, fût-elle assortie d’une probabilité favorable, mais le vécu, le ressenti. Et de ce côté-là « Tout était pour le mieux, dans le meilleur des mondes ». Il fut décidé à l’unanimité qu’il serait interdit de parler de ce problème pendant l’apéritif, le repas et durant toute la soirée. On vit tout de suite que cette sage décision eut pour effet de détendre l’atmosphère qui était des plus joyeuses au bar. Sans doute encore une question de pression ……

          Une légère brise nocturne, un ciel un peu étoilé, n’allaient-ils pas fausser les premiers calculs élaborés à grande peine.

          Le ciel du dimanche matin donna des indications les plus précieuses pour résoudre le problème. Il était temps, il ne restait qu’une demi-journée avant que Kiki 1er ne ramasse les copies et n’attribue les notes. La tension était extrême. La matinée passa trop vite. Certains avaient choisi de monter à Montmartre espérant trouver un point de vue propice pour ausculter le ciel. D’autres se rendirent à Barbizon. Pas de doute, les peintres s’étaient inspirés des ciels du coin et ce serait là une base historique pouvant aider. Enfin les plus résignés jouèrent aux boules n’attendant rien du ciel ni des calculs …..

L’heure de la proclamation des résultats arriva. Nous reproduisons là un extrait du discours de son Excellence Kiki 1 er

          « Mes chers amis,

          Avant de vous communiquer la solution du problème et de proclamer les résultats, je voudrais vous remercier pour cette année Vroamesque passée ensemble sur les routes et autour de nombreuses tables de l’amitié. Pas de grands discours. Levons notre verre à l’amitié et que 2014 nous sourie autant que 2013.

          Maintenant venons-en au problème. Pour calculer la Prda, il fallait raisonner par l’absurde. Vroam aurait-il organisé une telle journée si, un seul instant, une seule seconde, il avait craint la moindre goutte d’eau, la moindre petite pluie ? Bien sûr que non ! Donc si Vroam a organisé la RDA les 7 et 8 septembre c’est que la probabilité Prda que les 7 et 8 septembre se passent sans pluie était de cent pour cent. CQFD. Comme personne n’a trouvé la bonne réponse, malgré des recherches très intéressantes, vous êtes tous obligés de redoubler votre année et de refaire une scolarité Vroamesque en 2014 ».

On entendit, au milieu d’un tonnerre d’applaudissements, des bouts de phrase du genre :

« On aurait dû s’en douter »

« C’est évident »

« Pas surprenant, avec lui»

« Tant pis, on r’doublera sans problème et avec plaisir. »     Lire aussi:20 ème Rassemblement des amis

Votre Avis

Limiter la vitesse maxi de nos motos à 180 km/h?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: