Quel bonheur ! Jacques, Bernard, Francis et Guillaume nous invitaient. "Et c'était comme si tout recommençait". Ils savent recevoir, c'est une évidence ! Mais si vous voulez avoir une idée de cette virée mémorable de698px Blason dpartement fr Vendesvg Vroam, cliquez sur le blason de la Vendée, vous y trouverez le bel album d'Alain et Carine : 

coeur vendeen COUVEt vous pouvez, en cliquant sur le double cœur Vendéen, à gauche, voir les photos de Michel Jourquin. Mais le top, le must, si vous voulez lire l'article de sieur Philippe, alors le voici: 

Vendée du mercredi 30 Juin
au samedi 3 Juillet 2021

 

Mercredi 30 juin
Ah ! Ils sont venus nombreux, les motards de VROAM, pour se retrouver à Challans, Vendée (85) ! Ils se touchent, ils se tâtent, ils s’embrassent. Depuis un an et demi, le confinement du satané COVID a interdit les rencontres. Enfin libérés mais masqués, vaccinés au nitroglicériméthanol, les voilà enfin rassemblés, impatients d’en découdre avec le bitume, impatients de soirées libres aux saveurs de houblon ou de raisins finement fermentés, ou tout autre carburant de l’âme.
Francis, le céréalier aux trois petits cochons a quitté très tôt ce matin sa petite maison en tartines de rillettes ; il a roulé, roulé, roulé et sera accueilli sous les hourras !
Les tontons flingueurs Jacques, Francis, Bernard et Guillaume observent la scène, dubitatifs. Ils ont déjà sorti le casse-croute et, affamés, s’apprêtent à dévorer leur pitance, allongée de quelques bières bienvenues. D’autres, plus prosaïques, iront à la cafète du super U. Dès 13h30 la horde de croque-mitaines gouailleurs, repue et impatiente des jours à venir, se met en route sous les ordres gentiment aboyés par le vénérable homme à la Triumph, si convoitée.
Nous sommes en Vendée et l’Ile de Noirmoutier est incontournable. Le si célèbre passage du Gois devient accessible à marée basse, c’est une aventure à ne pas manquer. Nous nous engageons avec toutefois une légère angoisse, car en effet, par endroits, 5 à 10 cm d’océan recouvrent les pavés … Guillaume nous affirme, péremptoire : « c’est bien sûr marée basse ! ». Pourtant son regard équivoque se perd sur l’horizon. Nous progressons dans l’eau salée et les motos se couvrent peu à peu de bernacles, de crabes, de goémons, sous le regard mortifié des piétons en cuissardes qui nous observent. Passé cette épreuve, nous voilà rapidement installés à la terrasse d’un café au port de l’Herbaudière, pour un léger rafraichissement du gosier. Plus tard, à la station de lavage, Alain, médaille d’or du « Moto Wash », nous démontre son talent, la lance tenue fermement à deux mains.

 

Les motos enfin débarrassées des crustacés, la balade se poursuit en direction de Saint Jean de Monts en empruntant le pont qui relie l’Ile au continent. Le centre de vacances Cap France (La Rivière) sera notre agréable camp de base pour ces quelques jours. Chambres et salles d’eau spacieuses, piscine, bar et picon-bière en abondance, feront de ce lieu un havre reposant autant que festif. Comme il est de coutume, la soirée libre se dilue au fond de la nuit …

Jeudi 1er Juillet
Au petit-déjeuner, les noctambules, dont je tairai les noms, ont les oreilles basses, ils cherchent le café fortifiant. « Il faut être à 8h30 aux motos ! » hier soir Guillaume-La-Montagne, l’a hurlé si fort que les mots restent suspendus dans le hall d’accueil !
La balade sous le soleil un peu voilé nous dirige vers la fromagerie Beillevaire à Machecoul. La visite du process de fabrication, derrière un couloir vitré surplombant les exécutants au travail, est commentée par une guide connaissant son affaire. Elle nous propose une dégustation de produits fromagers de grande qualité, accompagnée d’un verre de Chenin. Puis on prend la pose : « une photo du groupe animera bientôt la page Facebook de la fromagerie » nous dit-elle.
Plus tard à Pornic, sur le parking, les Ducateux restent fascinés par le nouveau modèle depuis le rachat de la marque par VROAM…
Autour de midi, les restaurants du port de pêche sont rapidement assaillis, alors nous nous dispersons au fil des lectures des menus. Notre envie de moules-frites se heurte à un ossobuco maison excellent mais long à servir. De fait, à notre retour au parking avec à peine 3 minutes de retard, le groupe 1 est déjà parti. Sans amertume, nous ferons la route gentiment avec les groupes 2, 3 ou 4 jusqu’au Jardin du Vent.
Ce jardin est en pleine activité, le vent agite des éoliennes chamarrées, des carillons sonnant mille notes, des bulles de savon arc-en-ciel. Le site manque de restauration, cependant l’ambiance qui y règne invite au repos et à la méditation.
Le retour au camp de base passe par le café les Tonnelles, charmante buvette sous les pins parasols. On essaie de refaire le monde, mais à trop ergoter, l’envie nous gagne de nous retrouver sur la route, voilà notre destin !
Le camp de La Rivière offre les plaisirs de la trempette. Dans la piscine, chauffée à 28 degrés, nous dit-on, nous voilà donc à barboter en cuisson à feu doux. Vite, l’idée d’un picon-bière se dessine au centre du bassin, sur un bar flottant… mais le rêve ne dure pas, pourtant rendez-vous est pris et, que nenni ! Le picon ne sera plus à rêver ! Derrière le comptoir les apprenties barmaids cherchent fébrilement la bouteille que j’ai identifiée depuis bien longtemps…
Après le repas et le rosé en « free-test » le baby-foot s’anime diablement. Les spectateurs, attentifs, sont nombreux. Les Philippe l’emporteront 6 à 0, ou bien 4 à 0 … enfin nous avons peut-être gagné. Les matchs se jouent une grande partie de la nuit et la 3ème mi-temps devient vite soirée-libre !

Vendredi 2 juillet
8h45, départ en plusieurs groupes reconstitués, direction Bretignolles par la côte océane. Les zones résidentielles alternent avec les parcs d’attractions et nous sommes secoués par les ralentisseurs nombreux et parfois violents. La Ducati 21 teste un nouveau réglage de suspensions dynamiques, ajusté aux petits oignons : bilan ce soir !
Sur le parking du musée La Vendée Miniature, l’inquiétude est à son comble : la Multistrada est devenue obsolète face au nouveau modèle VROAM testé ce matin. Alors accablé, sous les yeux larmoyants de Francis, Mike dépose une annonce sur le site « c’est pas cher et ça débarrasse »…
A l’arrivée de son complice, Guillaume-La-Montagne, salue son maître Jacques-Le-Homard aux casiers plus que douteux. Ce musée de la Vendée Miniature nous propose des reconstitutions à échelle réduite de la vie d’un monde rural au début du XXème siècle, qui s’éteindra rapidement à l’arrivée de la guerre 14-18.
Puis nous nous dirigeons dans la forêt de Sion où un pique-nique pantagruélique nous attend. Il fût le rendez-vous d’une autre aventure, les vroameurs se reconnaîtront … Nous sommes accueillis par les complices des Tontons et le casse-croûte est un sacré moment de bonheur partagé ! Les invités, à la bedaine maintenant rebondie, les yeux pétillants de félicité après la tarte aux abricots et le coup de cidre aux arômes de notre chère Puisaye, redémarrent joyeux. Ils s’en vont envahir un château d’eau qui, du haut de sa plateforme panoramique, à 70 mètres du sol, offre une vue enveloppante de ce plat pays. Nous sommes au « Kulmino ».

Puis un second passage aux Tonnelles ombragées et enfin Cap France pour une dernière soirée libre … Entre la soirée disco et le match de coupe d’Europe de foot Mexique-Belgique retransmis sur grand écran au bar, les passionnés se retrouveront pour une troisième mi-temps, façon soirée libre !

Samedi 3 juillet
Au matin, surprise : une pluie « generosa » nous accompagnera jusqu’à la sardinerie. Bientôt, le crachin venu de l’océan se perd sur la côte et nous pouvons déguster en terrasse les petits poissons aux yeux bleus, en conclusion d’une courte visite du musée ouvert à notre curiosité. Puis petit tour à la plage, le soleil est de retour et Jacques l’homme du pays nous enivre d’histoires croquignolesques comme ce kéké qui, ignorant le chenal de sortie, massacra les deux moteurs de son bateau sur les roches affleurantes.
Après un joyeux restaurant pour le déjeuner, voilà qu’il est tard pèlerin … faut que je rentre chez moi …
Merci à vous les Tontons : Jacques-Le-Homard, Francis-le-Prince-sans-Rire, Bernard-Le-Sage, Guillaume-La-Montagne et gros bisous à Laura ! Avec toute notre amitié, salut !

 

Votre Avis

Limiter la vitesse maxi de nos motos à 180 km/h?
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
  • Votes: (0%)
Total des votes:
Premier vote:
Dernier vote: