Café virtuel

Notre président, bien-aimé (lui), nous annonce un évènement :

" Notre Amie Vroameuse Agnès NUSS, est herboriste émérite, et elle vous invite à un café virtuel gratuit le jeudi 7 mai à 14h. Par ces temps de crise sanitaire, nous nous lavons fréquemment les mains, qui ont ainsi tendance à devenir sèches. Agnès nous prodiguera quelques conseils pour remédier à ce problème. Pour participer au café virtuel, il faut s'inscrire à l'avance en envoyant un message à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
En attendant le plaisir de pouvoir tourner la poignée, il conviendra d'avoir la peau lisse avec nous !!!"

Christian.

Kiqincoup Tetoupal

Yvon Lammen notre sympathique road runner Belge, nous propose de découvrir le calendrier des évènements motos de l'année 2020, Christian nous dit : "édité par Kiqincoup Tetoupal . Il est très complet et peut donner des idées de sorties et de balades. Je pense qu'il intéressera plus d'un (e) VROAMEUR (E) !"

Aussi, pour le parcourir, cliquez : ICI.

L'essai de la Bellagio par Jean-Louis

ESSAI MOTO GUZZI BELLAGIO 940

Prologue : la rencontre !

Après sept années de très bons et très loyaux services du V-strom, j’ai envie de changer. Mimi ne fait plus de moto. Le choix se fera donc selon ma seule envie. Et mon désir c’est une routière. Chevaucher à nouveau une Guzzi me tente aussi. Les Breva sont de bonnes routières, on peut en trouver de bien équipées pour le voyage. La cylindrée qui me tente le plus est la 850. Surprise, c’est la plus difficile à trouver. Une ou deux sur le bon coin en cliquant sur « toute la France ». Au cours de ces recherches je découvre que le moteur de cette 850, modifié, équipe un modèle que je ne connais pas : la Bellagio (940 cc). Pas le moindre souvenir d’en avoir « zyeuté » une un jour.

J’ai trouvé des avis très divers à propos de la catégorie dont elle ferait partie : roadster, custom, routière, et même « custom sportif »….. Ceci aiguise ma curiosité. Petit tour sur le bon coin, toujours sur la France entière, 16 Bellagio sont à vendre, c’est mieux que la Breva 850. Modèle plus récent, mais elles sont toutes loin du Mans, la plupart dans le midi. Beaucoup sont modifiées, notamment en « Café Racer », ce que je ne recherche pas. Patience….
Enfin une annonce à Rennes ! C’est une « Luxury », la version que je préfère, a priori. Une seule option, un pare-brise, ce qui est bien. Un rapport « année / état / kilométrage / entretien / prix » très bon comparé aux autres annonces. Trop beau pour être vrai ? Petit coup de téléphone pour vérifier certains points. Je propose à la vendeuse de venir muni d’une assurance à mon nom avec les références de sa moto pour pouvoir l’essayer sans risque. Elle accepte. Et c’est parti pour Rennes.
Arrivé à destination, la vendeuse, septique, vérifie l’attestation d’assurance. Elle est tout sourire !
Note : mon assureur propose cette possibilité, et de plus c’est gratuit si l’essai se traduit par un achat ! Intéressant à savoir.
Nous descendons au garage où la belle passe ses nuits. Première impression : « oh p….n ! »
Elle est ma-gni-fi-que. Une moto super belle, certes, et dans un état irréprochable. Le traditionnel « comme neuve » des annonces n’est ici pas bidon .Photo 1

La proprio la sort à l’air libre pour l’essai…  Deuxième poussée d’adrénaline ….. le son !! Je lâche un« pô pô pô »….
Le son? La partition devrais-je dire, c’est une musique ce moulin.
Je lui explique que je veux faire un essai varié : petite route, village, belle route et autoroute (celle venant de Caen n’est pas loin et gratuite). Elle me donne les directions à suivre et c’est parti.
Les souvenirs du pilotage de la Calif sont un peu loin, mais ils reviennent vite ! Sur la partie petite route de campagne, tout se passe bien. Le plaisir commence déjà à prendre le dessus sur l’appréhension du départ. Sur route plus importante, une bonne surprise de plus, le coup de pied au csmiley, à l’accélération. Encore un « pô pô pô », tout seul, dans le casque. Plaisir doublé par celui de la sonorité qui accompagne l’accélération. Le pied !
Retour par autoroute. La puissance de la belle est plus que suffisante pour rouler 2 heures à « vitesse radar augmentée de 45€ et 1 point de moins pendant 6 mois», ma ligne de conduite désormais. Le pare-brise est très efficace, un bon point de plus.
Retour au garage. Je me suis planté dans l’itinéraire et je rentre plus tôt que prévu. Visage tendu de la vendeuse qui pense que je suis déçu. « Ça’l fait pas ?» lance-t-elle. Cela m’arrange un peu car, à l’inverse, j’aurais eu du mal à cacher mon enthousiasme avant de négocier le prix. Au fond de moi, bien que conscient de mon emballement et du risque de regretter l’achat dans quelques mois, c’est décidé, je suis preneur. Je parviens à faire semblant d’hésiter un peu. Très vite elle baisse le prix puis me propose de changer le pneu avant. Affaire conclue.

Voilà la petite histoire d’un coup de cœur.

Le bilan , un an plus tard.

Mon analyse à froid et avec un peu de recul demeure très positive. Bien sûr il a fallu me réapproprier le mode d’emploi de la conduite Guzzi.
- Passer au point mort avant l’arrêt des roues ! Sinon ….. galère . A l’arrêt, la combinaison d’une boîte capricieuse et d’un voyant peu fiable rend la chose délicate. Beaucoup de temps perdu et…. du « déplaisir ».
- C’est une Guzzi, son couple permet donc de repartir facilement à bas régime. Toutefois, en prenant une courbe prononcée ou un rond-point, ne pas couper totalement les gaz, garder un petit filet pour éviter un à-coup du cardan à la reprise.
Des comportements propres à ce modèle ont été aussi nécessaires.
- Reprendre les habitudes d’un freinage « à l’ancienne ». Eh oui, cette moto ne dispose ni de l’ABS ni du freinage couplé Guzzi, encore moins des avancées techniques modernes. D’autant que le frein arrière est un peu trop efficace. Quelques glissades de la roue arrière, surtout par temps de pluie.
- Changer de geste et d’habitude pour enclencher la latérale. Celle-ci est placée très en avant de la moto. L’ergot pour la manipuler est juste devant le levier de vitesse. Pour moi c’est une première !
Une fois à l’arrêt, au point mort (voir plus haut) mais moteur tournant, j’accrochais très souvent le levier de vitesse. Évidemment le passage de la 1ère sans débrayer me faisait caler avec risque de chute car le couple est tel que la moto tressaute. Il faut utiliser le talon et non l’avant du pied comme sur mes motos précédentes. Par ailleurs j’ai pris la bonne habitude de couper le moteur avant de béquiller, ce qui supprime le problème. Idem au départ, je ramène la latérale avant de lancer le moulin. Sauf pour chauffer le bloc, à froid, pas le choix (pas de centrale).
Progressivement, mais assez rapidement, tout est rentré dans l’ordre

C’est bien connu, le coup de foudre dans un couple peut être éphémère. Vivre ensemble, est une autre affaire. Une fois l’euphorie de l’achat passé, les défauts sont apparus. Je ne pouvais en ignorer certains, très signalés dans ce que j’ai pu lire avant l’achat (pas d’ABS, pas de compte-tours, pas de jauge, pas de centrale….). Et à l’inverse, ce qui existe dont on se passerait bien ! Suspension arrière hyper dure, poignée d’embrayage à prendre à 2 mains! Pour toucher le public féminin, sur les derniers modèles, Guzzi a baissé la hauteur de selle de 5cm en ne changeant que l’amorto ! Bonjour la fermeté. J’ai donc investi dans un amortisseur. Mieux, mais pas parfait.
Toujours « amoureux » de la « belle-agio », mes petites fesses se trouvaient bien sur la selle. Mais sur une très longue distance…. J’avoue que c’était juste. Lors du W-E de Dijon, un Vroameur averti trouve ma selle très dure, trop ? Il avait raison. Début juillet, quand je suis allé au rassemblement Guzzi (voir article) j’ai vu pour la première fois une autre Bellagio que la mienne, et même deux. Au premier coup d’œil j’ai vu que ma selle avait été modifiée. La selle d’origine est bien plus moelleuse et son galbe plus marqué, un peu plus « custom ».photo 2

Le concessionnaire me dit que beaucoup des propriétaires qui recherchent un look « café-racer » changent la selle. On doit pouvoir trouver la selle d’origine sur le net. Bingo ! Un peu de patience et j’ai trouvé cette selle d’origine. Vraiment mieux, et plus joli sur la moto.

Et la « bagagerie » (1) pour voyager ? Là, c’est la mauvaise surprise. Rien d’origine puisque le modèle ne se fait plus. Modèle peu vendu, donc production d’un adaptable non rentable pour les grandes marques. Rien sur le net. Obligation de passer par Hepco-Becker. Les tarifs dissuasifs m’ont fait opter pour des valises photo 3dans les moins coûteuses de la marque. Pas terribles …. Et elles m’ont valu les quolibets de certains vroameurs à Dijon dont je tairai les noms, n’est-ce pas mon ami « le chat »? Très petites et un look inadapté à la belle. Le bon coin va-t-il encore me tirer d’affaire ? Des semaines de patience plus tard, je repère une paire de valises de chez Hepco qui vont sur mon support et qui me plaisent. Un look adapté et un volume bien supérieur .
Prix correct mais vendues avec le support pour une autre moto, dont je n’ai évidemment pas besoin. Petit coup de fil et la conclusion de la négociation est incroyable. Le vendeur garde sa fixation, baisse donc le prix. Puis le prix baisse encore car je lui propose qu’il vende sa fixation avec….. mes valises. L’idée lui plaît, il accepte. Je suis vraiment chanceux.photo 4

Reste que les fixations, sans les valises montées, c’est….. vraiment pas beau .
Tout en cherchant mes nouvelles valises, j’explorais une autre piste. Adapter des cavalières, comme j’ai fait pour le Vstrom. Problème, pas d’ancrage facile d’accès. Hepco vend une adaptation « femelle » qui, fixée sur une valise, permet d’installer ladite valise sur mon support. Pour ce faire, le dos, côté roue, doit être très rigide. Pas trouvé çà en magasin. En cherchant mes valises via le bon coin, suis tombé sur des sacoches vélo, en carton plastifié, munies d’une plaque métallique côté roue, donc adaptation Hepco facile. Quand je n’utilise pas les valises, ces deux photo 5sacoches cachent l’affreuse fixation. Larges de 11 cm, elles restent en place dans le garage. 
Tout bon, Gianluigi.

Malgré les défauts évoqués, le bilan de l’utilisation est bon. C’est une bonne moto, très agréable à piloter pour les balades. En ce qui concerne les longues distances, c’est également très positif avec les modifs (selle et amortisseur). Je pense même que ce serait maintenant envisageable avec passager(e). Après le bol d’or, je suis parti de chez mon frère (Toulon) à 8 heures. Arrivé à la maison (Le Mans) à 19h30, en ayant quitté l’autoroute à trois reprises, dont un passage par le col de la République. Il est vrai, en roulant à …. (voir plus haut). Je n’ai pas encore utilisé les nouvelles valises, ce ne peut être que mieux.
L’autonomie est suffisante, surtout si on roule de suite après le plein. Sinon, sur la latérale, fuite de carburant par le bouchon. Danger. Il faut prendre le café avant le plein, ce qui n’est pas dans l’ordre des choses. L’absence de jauge est compensée par une fenêtre qui indique le kilométrage parcouru après allumage du témoin de réserve. Pas con. Plus précis qu’une mauvaise jauge ! photo 6
Après 15000 km parcourus dans l’année ma conso moyenne est de 5,5 Ltr, une autonomie qui tourne à 260-270 km mais la fuite du bouchon réservoir empêche un vrai plein. (2)
Le bruit excessif peut aussi fatiguer. C’est dû soit au pare-brise qui fait office de caisse de résonance, soit au fait que mon casque est moins efficace que le précédent, soit aux deux mon capitaine.
Cette moto s’est surtout vendue pour les balades, certes, mais aussi pour une utilisation urbaine.
De mon point de vue elle n’a rien d’une moto de citadin. La boîte et l’embrayage sont typiques Guzzi et la poignée est dure à manipuler. Avec quelques vroameurs, nous nous sommes retrouvés pris dans un embouteillage monstre à Marseille suite à un incendie. Au bout de ….. un certain temps mon adjudant ... je ne sentais plus mon poignet.
A l’inverse, sur route, je dois faire attention car le plaisir à la piloter, la musique des accélérations, font que je roule plus vite qu’avec le Vstrom. Surprenant mais certain.
photo 7Le coût de l’entretien est raisonnable, hormis les 2 bougies intérieures (côté réservoir) à plus de 40€ pièce. Heureusement elles ne sont changées qu’une fois sur deux.

Alors, dans quelle catégorie la classer ?
Au bout du compte, il est vrai qu’on peut la classer dans les catégories roadster, routière et custom !
Pour « GT » et « Sportive », faut pas pousser non plus ! Pas facile non plus de lui trouver un lien quelconque avec un « Trail » ! Ben si, ma position de pilotage est très proche de celle sur le Vstrom : guidon large, assis dos droit.
Personnellement, vous l’aurez compris à la lecture, je l’utilise comme une routière. "Pour le probème de la latérale, une photo vaut mieux qu'un long discours"Latrale 1

Non, rien de rien, non je ne regrette rien …… Si on aime la moto de caractère, c’en est une. J’adore cette moto. Ce n’est plus un coup de cœur, c’est LA moto, c’est MA moto. A tel point qu’il y avait bien longtemps que je n’avais parcouru autant de km en un an. Je ne vous dis pas non plus combien de fois je l’ai briquée, à en rendre Mimi jalouse.

Content Jean-Louis.

Oubli important :

Je dis utiliser la Bellagio comme une routière, mais une petite précision négative est nécessaire. Tout comme sur la Calif, le pare-brise est d’une surface respectable offrant un + indéniable. Mais dans les 2 cas, il engendre le même inconvénient : La « pelle à tarte » est fixée sur la fourche et non sur le cadre, comme sur les « vraies » routières. Sur la Calif les fixations étaient réglables, très très difficile à faire correctement pour ne pas « guidonner » . Sur la Bellagio, pas de réglage, pas de problème ? Sauf que, à haute vitesse, il faut une tenue ferme du guidon pour éviter le phénomène.


(1) « bagagerie »  Explication pour les guillemets. Le PC souligne en rouge, comme pour me signaler une faute. Après vérification, ce mot correspond au lieu où sont rangés, stockés, des bagages, et non à un ensemble de bagages. Mais les correcteurs sur PC ne sont pas en mesure de faire ce distinguo. Alors ? Deuxième vérification dans un bon vieux Larousse. Ce mot n’existe pas dans la langue française, tout simplement.

(2) Je viens de réaliser que l’autonomie était plutôt à 280-290 km suite à l’achat et même une fois 300 en balade. Le bouchon ne fuyait pas et donc le réservoir était mieux rempli. La fuite doit faire suite à la fixation de la sacoche-réservoir sur le bouchon. Il faut que j’en vérifie l’installation, le serrage.

Du côté du Moto Club les Vikings

L’automne est désormais bien installé et cela signifie que la saison des courses sur routes touche à la fin. Il ne reste en magasin plus que le GP de Macau auquel participera Xavier DENIS. 
Ceci dit nos Road Racers n’ont pas pour autant troqué leurs bottes pour des charentaises. Certains pilotes et non des moindres : John McGuinness (23 victoires au TT et 99 participations), Xavier Denis, Estelle Leblond, Julien Toniutti, Morgan Govignon... avaient répondu à l’invitation du Moto Club les Vikings cher à nos Vroameurs Guy et Corinne.
Celui-ci organisait son traditionnel Puces Moto du Val de Reuil (près de Rouen) et pour l’occasion souhaitait faire découvrir pour la première fois les courses sur routes au public. Expositions de machines, jeux vidéo, séances d’autographes, simulateur avec circuit du TT….
Ci-joint quelques clichés (Pour voir l'album photo, cliquez : ICI ) attestant entre autre la bonne humeur de John McGuinness en recherche de reconversion dans la police municipale ;-)

Mike